Hubert Besson : "Plus belle la vie se nourrit de la société"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le feuilleton phare de France 3 fête ce soir son dixième anniversaire avec une soirée spéciale. Le producteur de "Plus belle la vie" Hubert Besson explique son succès par la capacité de la série à parler de la société d'aujourd'hui.

 Dix ans après son lancement, les chiffres de "Plus belle la vie" sont impressionnants : 5 millions de téléspectateurs en moyenne par jour, 2.600 épisodes soit 57.000 minutes tournées, 875.000 répliques échangées par quelques 1.200 comédiens, 16 mariages, 56 décès et un lieu mythique, le bar du Mistral, où en dix ans, les personnages ont bu quelque 350.000 verres... "Il y a sans doute plusieurs raisons à ce succès" avance Hubert Besson, le producteur de la série. "D'abord, l'attachement aux personnages bien sûr. Ensuite, la capacité de la série à être un miroir de la société, à être dans l'actualité."

"Difficile d'avoir un personnage raciste ou homophobe"

Le mariage gay, l'adoption homoparentale, le gaz de schiste, le don d'organes, les sextapes... "Plus belle la vie" a osé aborder de nombreux sujets de société. "On n'a jamais eu d'interdits, on a la chance d'avoir une chaîne qui nous a accompagnés dans ce sens. On a quand même des limites : ce sera difficile pour nous d'avoir un personnage vraiment raciste ou homophobe. Même si ça ne nous empêchera pas de parler du racisme ou de l'homophobie. On a aussi envie de parler du FN. Mais on n'est pas là pour trancher, mais pour donner des points de vue." L'idée est de provoquer des discussions après la diffusion de la série. "On a envie qu'il y ait un débat, dans la famille, dans la cour de récréation" explique Hubert Besson.

Encore dix ans ?

Après 10 ans, Plus belle la vie ne risque-t-elle pas de s'essouffler ? "On a vraiment réfléchi à cela, le risque serait de tourner en rond. Mais on a une équipe d'une vingtaine d'auteurs, très créatifs. On a un travail de renouvellement permanent. Et puis, notre pain blanc, c'est la société. La série est nourrie tous les jours. Comme vous, à France Info, vous arrivez à faire un journal différent tous les jours !"

Vous êtes à nouveau en ligne