Caroline Roux : "Présenter le JT doit être un exercice passionnant mais trop solitaire pour moi"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Audiences en hausse, public rajeuni, la présentatrice de C dans l'air évoque les multiples évolutions de son émission qui ne prend pas de vacances cet été. 

La présentatrice de C dans l’air, sur France 5, achève sa 3e saison à la tête du magazine de décryptage de l’actualité. Une troisième saison couronnée de succès pour Caroline Roux, qui rassemble en moyenne 1,5 million de téléspectateurs chaque soir. "Cette année est une année exceptionnelle avec des audiences en hausse de 7%", se félicite-t-elle.

Créée en 2001, l'émission est diffusée tous les soirs à 17h40 et ce, y compris pendant la période estivale car C dans l'air ne prend pas de vacances. "C’est un peu le 20h de France 5, donc comme l’actualité ne s’arrête pas on a rendez-vous avec les télespectateurs tout l'été", explique Caroline Roux, qui confie par ailleurs ne pas souhaiter se retrouver à la tête d'un journal télévisé, "un exercice passionnant mais trop solitaire pour [elle]". 

"Un ovni dans le PAF"

Changement de plateau, renouvellement de l'équipe d'experts et de spécialistes, féminisation des intervenants... L'émission se réinvente et la tactique semble concluante car "la part des 25-34 ans a augmenté de 13%". Les audiences, la part des jeunes mais également les questions des téléspectateurs affichent une forte croissance : une hausse de 30% qui témoigne d'une réelle envie du public de participer au débat. 

Fière d'être aux commandes de ce qu'elle considère comme un "un ovni dans le PAF", Caroline Roux a signé pour animer quatre soirées C dans l'air en prime time la saison prochaine. Au programme de ces émissions, 90 minutes de reportages accompagnés de paroles d'experts et d'entretiens. 

Les sollicitations des spécialistes sont nombreuses et les élus triés sur le volet. "Ce sont les meilleurs qui viennent. Nous avons une équipe qui caste les experts car c'est très compliqué de participer à C dans l'air, il faut tenir 1h10 sur un seul sujet", prévient la présentatrice qui dit avoir "vu couler" des intervenants en pleine émission. 

Vous êtes à nouveau en ligne