La tige de rhubarbe et la tenségrité

Les tiges du Lis martagon comme celles de la rhubarbe se courbent mais ne se brisent pas. Elles sont sous l'effet d'un phénomène baptisé "tenségrité". Avec Etienne Guyon, physicien.

Les tiges à la fois souples et rigides des  végétaux sont l'objet d'effets élastiques théorisés par Euler en
1744 dans son livre Elastica .  Si le phénomène existe dans la nature, on le connait aussi en architecture sous le terme de tenségrité (tensilité et intégrité) que l'on retrouve dans le Dôme
géodésique (Montréal) de Richard Buckminster Fuller
ou encore dans la géode d'Universcience au Parc de la Villette à Paris..

Matière et matériaux de Etienne Guyon, physicien chercheur à l’École
supérieure de physique et chimie (ESPCI, Paris), Alice Pedregosa 
physicienne, chargée de mission à l’Académie des
sciences, et Béatrice Salviat, biologiste, chargée de mission à
l’Académie des
sciences, est paru aux éditions Belin.

Prix Roberval
Grand Public 2011.

Vous êtes à nouveau en ligne