#onfaitquoidemain. Un centre municipal de santé à Capestang, dans l'Hérault

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Chaque lundi jusqu'à l'élection présidentielle, franceinfo donne la parole à un maire de France ou à son équipe, pour évoquer un projet qu'ils ont monté et qui pourrait inspirer les candidats. À Capestang dans l'Hérault, la mairie a créé un centre municipal de santé.

La commune de Capestang dans l'Hérault a trouvé la parade au problème de la désertification médicale. Ce village de 4 000 habitants, près de Béziers, a ouvert le 3 septembre 2016 un centre municipal de santé.

Pendant un an et demi, le maire a recherché deux médecins libéraux pour sa commune, avant d'opérer un changement total de stratégie et d'ouvrir ce centre médical municipal.

Deux médecins aux 35 heures

En quelques mois, la commune a recruté deux médecins généralistes et deux secrétaires. Le centre est ouvert jusqu'à 20 heures en semaine, et 13 heures le samedi. Les deux médecins sont payés 4500 € net par mois, travaillent 35 heures par semaine, ont droit à des congés et à des RTT...

À 48 ans, le docteur Emmanuelle Pineau avait un cabinet en Charente-Maritime. Ce qui l'a attiré, c'est notamment la qualité de vie. "Si on compare les revenus que j'avais dans mon cabinet et ce que j'ai ici, je gagne beaucoup moins" explique Emmanuelle Pineau.  Mais, elle ajoute :  "J'ai passé 20 ans de ma vie à ne pas manger le midi, à prendre une barre de chocolat à 17 heures, et sans voir mes enfants. Là on a un confort exceptionnel."

Zéro dépense pour la mairie

Pour le maire de Capestang, la construction de ce centre médical municipal est presque un acte militant. "Soit on baisse les bras et on se dit que c'est à d'autres structures de prendre ça en charge, soit on se dit que c'est à nous de répondre aux attentes quotidiennes de nos populations" précise Pierre Polard. "En tant qu'élu local, on les croise tous les jours et on se sent obligé d'y répondre".

Le maire précise que le centre de santé ne coûtera pas un euro aux finances de la commune puisque c'est la sécurié sociale et les mutuelles qui payent le prix des consultations. Et pour les patients, le tiers payant est généralisé.

#onfaitquoidemain : ma commune a des idées pour la France

A l'approche de l'élection présidentielle, franceinfo met en avant une commune, un maire et son équipe, pour évoquer un projet qu'ils ont monté et qui pourrait inspirer les candidats.

>> #Onfaitquoidemain, ma commune a des idées pour la France : participez sur franceinfo.fr

Avec les 44 radios locales du réseau France Bleu et le soutien de l’AMF, franceinfo vous permet de transmettre au futur président de la République l’idée, le projet, l’action que vous avez développé dans votre commune et qui peut être de portée nationale.

Vous êtes à nouveau en ligne