Vidéo de la journaliste Edith Bouvier : le Figaro "entre inquiétude et soulagement"

Elle a été grièvement blessée dans le bombardement qui a coûté hier la vie à deux reporters, dont le Français Rémy Ochlik. Edith Bouvier a pu témoigner de sa situation dans une vidéo, postée depuis Homs.

C'est la première fois depuis le bombardement qui a touché le centre de presse où étaient regroupés les journalistes étrangers que la jeune femme peut témoigner elle-même de sa situation. Jusqu'à présent, aucun contact direct n'avait pu être établi avec elle. Il faut dire que les obus continuent à tomber sur Homs, et personne ne peut donc monter sur les toits des immeubles pour utiliser les téléphones satellitaires. Il est donc très difficile d'avoir une liaison téléphonique. En revanche, il reste quelques accès à Internet. Les insurgés ont donc filmé la journaliste et posté la vidéo sur YouTube.

 

"Le temps est compté"

La vidéo a été visionnée avec beaucoup d'émotion au sein de la rédaction du Figaro. "C'est à la fois du soulagement et de l'inquiétude" témoigne Philippe Gélie, chef du service étranger du journal. "Elle m'a donné l'impression de ne pas aller plus mal qu'hier, elle sourit, elle n'a pas mauvaise mine. Mais elle est coincée dans une ville qui est un piège mortel. Et le temps est compté."

La société des journalistes du Figaro a également tenu à réagir, pour saluer le courage d'Edith Bouvier. "A travers elle, nous disons notre gratitude à tous nos confrères qui portent au plus haut les valeurs du journalisme" dit le communiqué de la SDJ.

Vous êtes à nouveau en ligne