Un nouvel adaptateur pour recevoir les futures chaînes de la TNT ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le CSA vient de rendre public son rapport sur l'avenir de la Télévision Numérique Terrestre. Si le gouvernement suit les propositions de ce rapport, les téléspectateurs vont pouvoir découvrir de nouvelles chaînes... mais ils devront pour cela acheter un nouvel adaptateur. _ Chronique assurée par Céline Asselot

Après le passage au tout-numérique, peut-être va-t-il falloir acheter un nouvel équipement pour pouvoir profiter de la totalité de l'offre de la TNT... Pour l'instant, ce ne sont que des propositions du CSA et ce sera au gouvernement de prendre les décisions. Le gouvernement a simplement demandé au conseil supérieur de l'audiovisuel son avis sur l'avenir de la TNT, les audiences, le marché publicitaire etc. Et ce que dit le CSA, c'est qu'il y a encore de la place pour de nouvelles chaînes et que la TNT doit encore continuer à évoluer, continuer à grandir.
_ Il propose donc qu'on crée dans les années qui viennent huit nouvelles chaînes. Le problème, c'est que techniquement aujourd'hui, ce n'est pas possible... La seule solution pour créer autant de nouvelles chaînes, c'est de changer ce qu'on appelle la norme de diffusion. Sans entrer dans les détails techniques, ce qu'on peut dire, c'est qu'aucun téléviseur en France n'est aujourd'hui compatible avec cette nouvelle norme de diffusion. Les Français qui auront envie de regarder ces nouvelles chaînes devront donc racheter un téléviseur ou un nouvel adaptateur. Pas un problème, aux yeux du président du CSA, Michel Boyon : "si on dit aux téléspectateurs : vous avez la possibilité d'accéder à huit chaînes moyennant un adaptateur à, disons, 20 euros, je pense qu'ils seront intéressés".

Cette idée est plutôt favorable aux opérateurs historiques, ceux qui sont déjà bien implantés sur la TNT - TF1, M6, Canal+ - parce que cette histoire de nouvelle norme risque de décourager la concurrence. D'abord, il va se passer du temps avant que de nouvelles chaînes soient lancées : il faut construire les adaptateurs, modifier les téléviseurs, ce qui prendrait au moins 18 mois. Et puis, surtout, les petits groupes qui auraient envie de se lancer vont sans doute hésiter, parce que l'opération est un peu risquée financièrement : après tout, on ne sait pas du tout si les Français auront envie de racheter un équipement ou pas. Et évidemment, les petits groupes, de NextRadioTV à NRJ, dénoncent une mesure injuste.

Encore une fois, il faut le dire, ce ne sont que des propositions du CSA. Est-ce que le gouvernement aura envie de défendre cette idée, qui plus est en pleine campagne électorale ? Rien n'est moins sûr.

  • Les émissions spéciales 11 septembre réalisent de très bonnes audiences

    Il y en avait beaucoup, ce week-end, des émissions spéciales pour commémorer le 10ème anniversaire des attentats. On pouvait se demander si le public serait au rendez-vous. Et la réponse est oui... Samedi soir, avec un documentaire sur le 11 septembre, TF1 a réussi - une fois n'est pas coutume - à dépasser France 2 et l'émission de Laurent Ruquier. Et puis hier soir, France 5 qui proposait un autre documentaire sur les attentats, a carrément battu son record historique d'audience pour une soirée : plus d'un million et demi de téléspectateurs.

  • Le bras de fer se durcit entre la Société Générale et le journal britannique Mail on Sunday

    Cela fait plus d'un mois que les relations sont très tendues entre la banque et le tabloïd. En cause : un article du "Mail on Sunday" en date du 7 août qui présentait la Société Générale comme au bord de la faillite. Malgré un démenti assez rapide, l'action de la banque avait violemment chuté. Selon le Figaro, la Société Générale a décidé de poursuivre le journal pour diffamation et elle réclame plus d'1,1 million euros de dommages et intérêts.

Vous êtes à nouveau en ligne