Un documentaire pointe du doigt la gabegie des subventions européennes

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Dans l'actualité des médias : Arte diffuse ce soir un documentaire sur les détournements de l'aide européenne, l'ancienne directrice générale de France Soir dépose demain un projet de reprise du quotidien et un site américain met les journalistes sous surveillance.

  • "Les millions perdus de l'Europe"

    C'est documentaire très critique, non pas sur le principe des aides européennes, mais sur les multiples abus et sur le manque de contrôle de la part des autorités de Bruxelles, qui laissent s'envoler les millions. Le film commence ainsi sur une petite île du Danemark, où un agriculteur a décidé un jour de construire pour son plaisir personnel une piste de ski derrière sa ferme. Elle ne fonctionne que quelques semaines par an et elle est utilisé par une dizaine de personnes. Mais le propriétaire a tout de même reçu 100.000 euros de l'Europe...

    Des exemples comme celui-là, il y en a beaucoup d'autres. En Italie, une autoroute est en rénovation depuis 15 ans. La mafia locale empêche que le chantier soit terminé mais l'Europe continue à payer. En Normandie, une laiterie a touché pendant des années des aides européennes pour l'exportation d'un beurre qui était en fait frelaté. L'organisme chargé des contrôles n'a rien vu. Bref, cette enquête tombe un peu mal à l'heure où les gouvernements se battent pour une Europe plus solide et qui inspire davantage de confiance aux investisseurs... "Les millions perdus de l'Europe", c'est ce soir 20h40 sur Arte.

    • Nouvel épisode dans la crise à France Soir. L'ex-directrice du quotidien va présenter officiellement demain son projet de reprise

    Le projet a été dévoilé en partie le week-end dernier, lorsque Christiane Vulvert a rencontré les syndicats du journal. L'ancienne directrice générale de France Soir propose de racheter le quotidien, qui est très endetté et qui est placé sous procédure de sauvetage. Elle se dit prête à investir 10 millions d'euros, à limiter les licenciements à 30 personnes sur 127 postes et elle promet surtout de maintenir l'édition papier. La direction du groupe souhaite, elle, stopper la version papier pour vivre uniquement sur le web, au grand dam des salariés.

    La balle est maintenant dans le camp du propriétaire, le russe Alexander Pougatchev. C'est à lui d'étudier la proposition mais il ne sera visiblement pas facile à convaincre. Le week-end dernier, il a assuré que France Soir n'était à vendre.

    • News Transparency, un site Internet pour surveiller les journalistes

    C'est un journaliste new yorkais qui est à l'initiative de ce site, où sont fichés plusieurs centaines de ses confrères. Les internautes sont invités à y indiquer toutes les informations qu'ils ont sur chaque journaliste : ses employeurs, mais aussi ses études, ses préférences politiques, ses amis, les dons qu'il a pu faire à une association etc. Une somme d'informations destinée à traquer d'éventuels conflits d'intérêt. Le but, dit le fondateur, c'est d'améliorer la transparence du journalisme, de permettre aux citoyens d'avoir davantage confiance en ceux qui les informent. Alors, l'idée est louable, pas de doute. Mais le moins qu'on puisse dire, c'est le procédé est un tout petit peu discutable...

Vous êtes à nouveau en ligne