Série "Dix pour cent" : "Un objet très magique, assez fulgurant" qui devrait s'arrêter à la saison 4

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le comédien Thibault de Montalembert évoque la saison 3 prévue pour novembre sur France 2, ainsi que le téléfilm "Meurtres en Haute-Savoie" diffusé sur France 3 samedi 13 octobre et dans lequel il interprète un gendarme au côté de Gwendoline Hamon et Jacques Weber.

Il compte bien être cet agent exécrable jusqu'au bout. Le comédien Thibault de Montalembert est à l'affiche de la saison 3 de Dix pour cent, cette série diffusée sur France 2 qui met en scène le monde truculent des imprésarios. Une saison bien garnie en guest-stars puisqu'on y verra notamment Monica Bellucci, Jean Dujardin, Béatrice Dalle ou Julien Doré.

La saison 4, elle, devrait être la dernière d'après le comédien, qui "trouve ça très bien""Ça fait une espèce d'objet qui est très magique, assez fulgurant", ajoute-t-il.

C'est toujours un peu dommage quand les séries qu'on a beaucoup aimées commencent vraiment à s'essouffler.

Thibault de Montalembert

sur franceinfo

"Aucune envie de vous dire bonjour"

L'acteur raconte comment les gens dans la rue ont mis un certain moment à le reconnaître. Au bout de quatre épisodes (sur six) à passer incognito, "je me dis qu'il y a un problème", confie Thibault de Montalembert. Ce n'est qu'au bout des derniers épisodes, quand "on voit ce garçon [l'agent Mathias Barneville] se fissurer, avec son histoire avec sa fille, que des gens tout d'un coup sont venus me dire : on vous avait repéré mais on vous avait trouvé tellement insupportable, on n'avait aucune envie de vous dire bonjour".

Un téléfilm policier sur France 3

Thibault de Montalembert s'aventure par ailleurs sur le terrain du téléfilm policier sur France 3 avec Meurtres en Haute-Savoie, diffusé samedi 13 octobre à 21 heures. Le comédien y forme un duo d'enquêteurs avec Gwendoline Hamon, complété par Jacques Weber. Un film dans lequel "la nature est vraiment un personnage à part entière", selon lui.

Pour revoir l'interview en intégralité :

Vous êtes à nouveau en ligne