Quel avenir pour le groupe Nice Matin ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le groupe de presse, en grande difficulté financière, a été placé en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Nice.

Nice Matin a terminé l'année 2013 avec une perte d'exploitation de 6 millions d'euros. En cause, des ventes en baisse (Nice-Matin, Var-Matin, Monaco-Matin) et des recettes publicitaires qui chutent également.

Ce placement en redressement judiciaire ne surprend donc pas le représentant du Syndicat national des journalistes (SNJ) Jean-François Roubaud. "Le seul avantage de cette horreur, c’est que nos salaires de mai seront payés , dit-il. Pour nous c’est un choc terrible, mais ce n’est pas la fin de l’histoire. Les salariés feront en sorte de montrer que l’entreprise peut être pérenne."

Les syndicats redoutent un "carnage social"

Le repreneur potentiel du groupe de presse reste en tout cas en lice. Le fonds d'investissement suisse GXP Capital, associé à l'ancien élu local Jean Icart, se dit prêt à débourser 20 millions d'euros. Mais le candidat à la reprise se fait attendre depuis 3 mois. "Si GXP ne tenait pas ses engagements, il serait coupable avec Hersant (l’actionnaire principal actuel, ndlr) d’un carnage social, poursuit Jean-François Roubaud. Que les choses soient claires: nous tiendrons bon. On fera en sorte de susciter l’intérêt d’investisseurs pour reprendre avec nous une entreprise, pas pour des critères financiers mais des critères éditoriaux, des critères d’attachement à un territoire…"

Cette procédure de redressement judiciaire peut d’ailleurs "permettre à d'autres investisseurs de se manifester et de proposer des solutions alternatives ", d’après la direction de Nice Matin. Les salariés, eux, annoncent des actions dès la semaine prochaine.