Lionel Chamoulaud commente son dernier Roland-Garros sur France Télévisions : "Mon départ se fait dans la sérénité"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Lionel Chamoulaud était l'invité de Célyne Baÿt-Darcourt dans "Infos médias" vendredi. Le journaliste et présentateur revient sur son départ du groupe France Télévisions peu après la 117e édition de Roland-Garros qu'il commentera pour la dernière fois. 

Clap de fin pour Lionel Chamoulaud qui a annoncé, en mars, son départ de France Télévisions à l'issue de la 86e edtion des 24 heures du Mans. Le journaliste sportif, passionné de tennis et arrivé dans le groupe en 1981 fera son départ du service public "dans la sérénité" : "Je pars en très bon termes, cela a été une discussion d'une sérénité absolue. C'était presque une forme d'évidence (...). Il n'y a pas eu de tensions, pas de règlement de compte", assure-t-il.

Ne pas faire le parcours de trop

Il veut également se servir de cette expérience acquise durant toutes ces années pour connaître de nouvelles choses et ne pas faire "le parcours de trop" : "C'est l'occasion pour moi d'avoir une forme de liberté et aussi gérer ma fin de carrière un peu à ma façon en choisissant de faire ce qui me fait plaisir."

Parce que France Télévisions lui a tant apporté, aussi bien sur le plan professionnel que le plan personnel, Lionel Chamoulaud ne veut pas disparaître du monde des médias. Le journaliste prévoit de quitter France Télévisions en juin avant de penser à la suite : "Je m'occuperai ensuite de voir ce qu'il peut se passer pour moi sur le plan médiatique, dans le sens où j'aimerais intervenir de temps en temps dans les médias (...), sur des opérations, des événements ponctuels pour rester dans ce métier que j'adore.", prévoit-il.

"Ils ont grandi avec moi"

Le journaliste sportif s'émeut devant les réactions des téléspectateurs, des sportifs et des consultants qui ont grandi et découvert le tennis, accompagnés de la voix de Lionel Chamoulaud : "Ce qui est amusant, ce sont les réactions des consultants de chez nous, des joueurs de tennis, qui ont 34, 35, 36 ans qui m'ont toujours entendu... Ils ont grandi avec moi. Ça leur fait quelque chose et ça m'émeut de voir leur émotion. Ça me touche."

Le présentateur du Rallye Dakar retient, d'une manière générale, toutes les rencontres qu'il a pu faire au cours de ces 37 ans de télévision : "C'est difficile de ne garder qu'un seul souvenir... C'est un tout. Ce sont des rencontres, parfois même dans la cabine de commentateur car on passe parfois cinq à six heures avec quelqu'un, enfermés dans une cabine. C'est passionnant, mais il fallait aussi s'apprécier. Mais j'ai eu la chance d'avoir des consultants qui sont des amis... C'est cette façon de vivre les événements, avec des gens que j'ai envie de retrouver tous les matins, qui restera et qui risque de me manquer."