Les participants à "L'île de la tentation" sont-ils des artistes-interprètes ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'affaire a été portée ce matin devant la Cour de Cassation. D'anciens participants à l'émission de télé-réalité de TF1 "L'île de la tentation" demandent à la justice de leur accorder le statut d'artiste-interprète.

L'émission avait fait les beaux jours de TF1 entre 2002 et 2008. Le principe : proposer à des couples de tester la solidité de leur union, en les envoyant sur une île exotique en compagnie d'une nuée de célibataires - tous bien sûr plus séduisants les uns que les autres.

Il y a quelques années, la justice avait estimé que participer à cette émission, comme à d'autres, nécessitait un contrat de travail. Des indemnités avaient été offertes. Insuffisant pour 53 anciens participants qui veulent qu'on leur reconnaisse le statut d'artiste-interprète. "Ils jouent le rôle qui leur a été demandé par la production" assure leur avocat, Me Patrice Spinosi. "Le règlement leur impose un certain nombre d'obligations, comme le choix de vêtements ou l'apparence. Et ils doivent obéir à la production. C'est une véritable fiction."

Pas question en revanche de parler d'artistes-interprètes pour TF1 Productions. Me Damien Célice, l'avocat de la chaîne, a reconnu à l'audience que l'émission comportait des "éléments de scénarisation". Mais "on n'interprète pas sa propre vie" a-t-il assuré. Désormais, c'est à la Cour de Cassation de trancher. Décision le 24 avril.

Vous êtes à nouveau en ligne