La vidéo du vrai-faux trader de la BBC regardée plus d'un million de fois

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'interview fait débat depuis deux jours en Grande-Bretagne : un trader interrogé par la BBC a eu un discours pour le moins inattendu, affirmant qu'il attendait avec impatience la récession pour faire de l'argent. Une interview choc... par un jeune homme qui s'avère aujourd'hui n'être pas tout à fait celui qu'il prétendait être.

Depuis lundi, date de diffusion de l'entretien, la question agite la presse britannique : mais qui est donc ce jeune homme, Alessio Rastani, qui a témoigné en direct à la BBC ? Qui est ce "trader indépendant", comme il était présenté à l'antenne, qui détient sans nul doute la palme du discours le plus cynique entendu ces derniers mois ?

Rastani, le trader qui "priait" pour la...par asi

Son interview a provoqué la stupéfaction. Elle est tellement cynique, tellement dénué de toute morale, tellement caricaturale aussi d'une certaine manière, comme si Alessio Rastani disait tout haut ce que nous imaginons que les traders pensent tout bas... Et du coup, la presse britannique a cherché la faille. La presse s'est demandé s'il s'agissait d'un mythomane : la BBC a assuré qu'il travaillait bien dans la finance. Les journalistes ont pensé qu'il faisait partie des Yes Men, ces spécialistes de l'imposture médiatique : les Yes Men ont répondu qu'ils n'y étaient pour rien.
_ C'est finalement le Daily Telegraph qui a trouvé aujourd'hui la clé de l'énigme. Le journal nous apprend qu'Alessio Rastani vit dans une banlieue modeste de Londres, que son compte en banque est quasiment vide. Voilà qui ne colle pas avec le portrait du trader plein aux as. Et Alessio Rastani finit par le reconnaître : il n'est trader qu'à ses heures perdues, il est avant tout "un parleur", quelqu'un qui cherche à tout prix à attirer l'attention sur lui. Et c'est réussi... L'interview a été visionnée plus d'un million de fois sur Internet et elle est abondamment commentée sur les réseaux sociaux. Comment expliquer que ce vrai-faux trader ait eu une telle heure de gloire ? Sans doute parce que cet opportuniste a su tirer profit de la peur liée à la situation économique. Parce qu'il promettait la franchise à propos de cette crise que personne ne semble maîtriser et dont personne ne connaît l'issue.

  • les candidats à la primaire socialistes ont permis aux émissions télé de battre des records

    On ne sait pas évidemment pas encore si ce deuxième débat des primaires socialistes, qui s'est tenu ce soir sur le plateau d'i-télé, aura le même succès que celui du 15 septembre dernier, qui avait été suivi sur France 2 par près de 5 millions de Français. Mais ce qui est indéniable, c'est que les candidats à la primaire socialiste attirent en ce moment les téléspectateurs. Martine Aubry invitée dimanche sur Canal+ a été regardée par 1,3 million de personnes. C'est le meilleur score depuis janvier pour l'émission Dimanche+. Ségolène Royal, qui était samedi soir chez Laurent Ruquier sur France 2 a elle rassemblé 1,9 million de téléspectateurs. Là aussi la meilleure audience de l'année pour l'émission "On est pas couchés", qui n'est pourtant pas une émission politique.

    Et puis, les sénatoriales ont permis dimanche à la chaîne Public Sénat de battre son record absolu d'audience : jusqu'à 2,2 millions de téléspectateurs au moment des résultats, du jamais vu. Autant de chiffres qui semblent montrer un vif intérêt des Français pour les élections... celles qui viennent de se terminer, mais aussi bien sûr celles qui s'annoncent en 2012.

Vous êtes à nouveau en ligne