L'avenir de "L'Express" en question

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'hebdomadaire est en vente et les salariés sont inquiets.

L'intersyndicale du groupe s'est même fendu d'un communiqué: "Nous serons vigilants au respect de l'indépendance éditoriale et au risque de casse sociale, quelque soit le repreneur. " Après des mois de rumeurs, le groupe belge Roularta a bien engagé les négociations pour vendre L'Express et ses autres magazines français.

Transaction de taille: il s'agit là de la vente du 5ème pôle français de magazines. Il y a deux repreneurs potentiels, avec chacun de bonnes raisons de s'y intéresser. Le Figaro qui pourrait poursuivre sa stratégie de diversification, en reprenant    L'Etudiant, Point de vue, Lire, Maison Française - tous les magazines de niche du groupe Roularta -. Quant à  l'Express et L'Expansion - les deux gros titres -, ils intéressent Patrick Drahi, actionnaire de Libération . Sauf que la gestion de Patrick Drahi "est caractérisée par une politique low cost et des départs massifs", s'inquiètent les journalistes.

Crise existentielle

La situation est assez semblable dans les trois grands newsmagazines de France, Le Point, L'Express et L'Obs . Une  baisse des ventes, des difficultés financières - 9 millions d'euros de pertes pour Le Nouvel Obs   l'année dernière - et beaucoup des questions sur la ligne éditoriale. Quelle est la  place d'un magazine hebdomadaire d'actualité quand l'information est disponible en temps réel ? Faut-il continuer les Unes marroniers (le classement des hôpitaux, l'immobilier, les francs-maçons...) ? Les hebdos connaissent une cise presque existentielle.

Conséquence, des restructurations importantes. Le Nouvel Obs a changé de propriétaire, de formule et de nom - il est devenu  L'Obs  . En ce moment, Le Point se réoragnise: plus d'investissemen  ts vers le numérique mais moins de salariés (28 postes sont supprimés). Demain, ce sera sans doute le tour de L'Express , une fois la vente effective, peu t-être un rapprochement d'ailleurs avec Libération . Les newsmagazines, piliers de la presse en France, tentent de sauver leur modèle. 2015 sera sans doute une année décisive.

Vous êtes à nouveau en ligne