Karim Rissouli : "J’ai toujours détesté les cumulards et je me retrouve à en être un !"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le journaliste est à la tête de deux programmes chaque semaine sur France 5.

Alors que C politique est devenue l’une des émissions-phares de la chaîne France 5, avec un million de téléspectateurs en moyenne le dimanche, Karim Rissouli est depuis janvier aussi en quotidienne, du lundi au jeudi, avec C ce soir. Un mois après son lancement, le programme attire 275 000 personnes autour de 22h30. "On s’attendait à de tels scores. C’est compliqué quand on n’est jamais diffusé à la même heure, tout dépend du prime et de ses audiences. J’ai la chance de travailler avec un producteur, Renaud Le Van Kim, qui a déjà lancé des émissions quotidiennes, 'Le Grand Journal' et '28 minutes'. La chaîne nous laisse le temps de nous installer car lancer une émission en cours de saison est un pari difficile", confie Karim Rissouli.


Le crédo de C ce soir : prendre le temps. Une heure d’entretien avec un invité : "On cherche à comprendre d’où vient sa pensée, son engagement, son œuvre. Nous cherchons à sortir des caricatures pour entrer dans la nuance." Surtout pas de clash, de polémiques.

Avec une émission hebdomadaire et une quotidienne, Karim Rissouli n’en fait-il pas trop ? "J’ai toujours détesté les cumulards et je me retrouve à en être un ! Je me suis beaucoup posé la question d’arrêter 'C Politique' pour présenter 'C ce soir', j’ai confié la deuxième partie à l’excellent Thomas Snégaroff bien connu à franceinfo ! Mais je ne voulais pas partir en cours de saison. J’ai l’espoir de bien m’organiser pour continuer les deux émissions. On verra cet été…"

Vous êtes à nouveau en ligne