Info médias. Patrick Eveno : "La une permet à un journal de faire du lien social avec son public"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'historien des médias Patrick Eveno est l'invité d'Info médias pour son livre "100 ans à travers les unes de la presse".

L'historien des médias, Patrick Eveno vient de sortir un livre 100 ans à travers les unes de la presse aux éditions Larousse. Il explique sur quels critères il a sélectionné ces unes qui font les 300 pages du livre : "C'est un triple critère : l'événement, car ce livre raconte aussi un siècle d'histoire, la façon dont les journaux racontent cette histoire à travers leurs unes, et puis évidemment les types de journaux pour éviter de privilégier ou un titre ou un quotidien ou des hebdomadaires."

L'évolution des unes en un siècle

Le livre commence avec l'assassinat de François-Ferdinand à Sarajevo et se termine avec la poignée de mains Macron-Trump. "L'invention de la une, c'est la fin du XIXe siècle quand l'industrialisation permet d'avoir de la place, que l'on met des gros titres et des photos qui commencent à arriver du début du XXe siècle. A partir de là, on peut travailler la vitrine, parce que la une c'est la vitrine du journal, c'est ce qui véritablement va attirer l'œil du lecteur et ce qui va donc faire vendre. Ces unes au début sont très austères, puis petit à petit elles prennent de la couleur, de la photo, des gros titres."

Qu'est-ce qu'une une réussie ? "C'est un équilibre entre l'information que vous donnez et la façon d'attirer l'œil, par la photo, le tire, la titraille (...). La une fait vendre, mais c'est aussi ce qui permet au journal de faire du lien social avec son public. Quand Nice Matin fait sa une et 40 pages sur ce qui s'est passé le 14 juillet 2016, les gens se sont reconnus."