Info Médias. François Busnel : "Les écrivains américains avaient prédit la victoire de Trump"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

François Busnel, animateur et producteur de "La Grande Librairie" sur France 5, est l'invité de franceinfo.  Eric Fottorino et lui créent la revue "América".

Une nouvelle revue fait son apparition aujourd’hui dans les kiosques et les librairies. America  fondée par François Busnel et Eric Fottorino, veut raconter l’Amérique des années Trump, en donnant la parole aux écrivains. 196 pages de reportages, de nouvelles, de photos, de dessins pour raconter l'Amérique vue par les écrivains : Toni Morrisson, Marc Dugain, Colum Mc Cann dans ce premier numéro. Il y en aura 16 au total. La revue paraîtra quatre fois par an pendant quatre ans. Les quatre années bien sûr du mandat de Donald Trump, élu président des Etats-Unis en novembre dernier

Un projet né juste après l'élection de Trump 

L'idée de créer cette revue est "vraiment née à la suite de l'élection de Donald Trump", souligne François Busnel. Et elle est née "à partir d'un sentiment qu'on a été nombreux à avoir partagé et qui était d'entendre dire des experts spécialistes de l'Amérique :  'Non, ce n'est pas possible, Donald Trump ne peut pas être élu !' et d'un autre côté, on lisait dans les romans américains ou dans des reportages :  'Attention, ce n'est pas si simple que cela'...", ajoute-t-il. 

"Paradoxalement, le roman raconte le réel et nous permet de nous donner des armes pour mieux comprendre, explique François Busnel. Tout à coup, on peut aussi dire : 'oublions de juger, regardons et rapportons, redonnons du temps au reporter pour travailler". 

Paradoxalement, le roman, la fiction raconte le réél et nous permet de nous donner des armes pour mieux le comprendre.

François Busnel, écrivain

à franceinfo

Le projet mené avec la complicité d'Eric Fottorino, éditeur, a été très bien accueilli par les écrivains américains. "Ils nous ont expliqué : 'aux Etats-Unis, la parole des romanciers est considérée comme quelque chose dont on peut se passer nous', en France vous nous écoutez, donc si tu lances ça, on te suit'" a précisé François Busnel.