Grève du 22 mars : franceinfo et plusieurs médias vont utiliser une nouvelle méthode de comptage des manifestants

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

franceinfo, associé à la plupart des médias français, se sont mis d'accord pour mettre en place une méthode de comptage des manifestations, afin d'avoir un chiffre indépendant de ceux délivrés par les autorités et les organisateurs.

franceinfo et la plupart des médias français se sont accordés pour mettre en place une méthode qui permette de délivrer un chiffre indépendant de ceux délivrés par les autorités et les organisateurs. Ce comptage, testé notamment lors d'une manifestation parisienne le 16 novembre 2017 sera donc utilisé officiellement pour la première fois, jeudi 22 mars, jour de grève nationale. Ce sont les cortèges parisiens qui feront l'objet de ce comptage. Il sera effectué par la société Occurrence mandatée par le collectif des rédactions nationales et régionales françaises pour obtenir un chiffre indépendant et fiable.

"En fournissant deux chiffres, nous n’étions pas crédibles"

"À chaque fois, sur un défilé, coexistent deux chiffres : celui des organisateurs et celui de la police, explique Erik Kervellec, directeur de la rédaction de franceinfo. L’un parfois multiplié par dix par rapport à l’autre : c’est complètement ridicule, nous en convenons tous depuis plusieurs années. Aujourd’hui, c’est le jour J : nous sortons de ce système."

Erik Kervellec, directeur de la redaction de franceinfo et Assaël Adary, patron de la société Occurrence.
Erik Kervellec, directeur de la redaction de franceinfo et Assaël Adary, patron de la société Occurrence. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)

"En fournissant deux chiffres, nous n’étions pas crédibles, poursuit Erik Kervellec. L’union fait la force : le journalisme vaut lorsqu’il est partagé, à certaines occasions, lors d’opérations partagées par les rédactions, qui s’associent dans des alliances de circonstances comme aujourd’hui."

Des capteurs installés à 20 m au-dessus de la rue

Ainsi, des capteurs utilisés dans les centres commerciaux et les aéroports pour compter les flux, adaptés à un usage extérieur, seront utilisés pour les opérations de comptage. "Nous nous mettons à 20 mètres de haut, par exemple depuis une chambre d’hôtel, pour couvrir l’ensemble des boulevards", détaille Assaël Adary, fondateur du cabinet Occurrence, fondé en 1995, spécialisé dans l'évaluation des actions de communication." Cela crée une ligne virtuelle : toute personne qui la coupe est comptée, trottoir compris. La mesure est non-partisane, poursuit-il. Une fois, nous avons constaté un chiffre supérieur à celui annoncé par les organisateurs. Deux fois un chiffre inférieur à celui de la police. Dans la majorité des cas, nous sommes plus près du chiffre annoncé par la police. Mais "plus près", ce peut être une différence de 10 000, 20 000."

Vous êtes à nouveau en ligne