Grève au groupe L'Express-Roularta pour protester contre le plan social

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'intersyndicale avait appelé les salariés du groupe de presse à cesser le travail pour dire non à la suppression de 10% des effectifs, soit quelque 90 postes. L'Express-Roularta édite 21 titres en France, dont L'Express, L'Expansion et Point de Vue.

Le plan prévoit la suppression de l'édition papier du mensuel L'Entreprise et la fusion de deux titres, Maison Française et Maison Magazine. Mais l'ensemble du groupe sera concerné par les suppressions de postes, s'inquiète Eric Taver, secrétaire du comité d'entreprise de L'Express-Roularta : "L'Express sera impacté, L'Expansion sera impacté... Mais aussi notre service commercial, qui vend les espaces publicitaires dans les magazines et tous les services du groupe. Ce n'est pas comme cela qu'on va s'adapter aux mutations du secteur."

La direction affirme qu'il s'agira de départs volontaires, mais cela ne suffit pas à rassurer les syndicats. "Il n'y aura pas 90 volontaires au départ !" affirme Andrée Hazan, déléguée Force Ouvrière. "Ils seront donc obligés d'avoir recours aux départs contraints, et nous on le refuse."

Pour faire part de leurs inquiétudes, les syndicats seront reçus demain au ministère de la Culture. La direction de l'Express-Roularta, elle, n'a pas souhaité s'exprimer aujourd'hui. Dans un communiqué publié il y a quelques jours, elle assurait être contrainte à ce plan d'économies, invoquant la baisse des ventes et la baisse des recettes publicitaires.

Vous êtes à nouveau en ligne