François Busnel : "'America' continuera de représenter une photographie de l’époque"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La revue lancée en 2017 s’arrête, comme prévu, à l’issue du mandat de Donald Trump.

Alors que Joe Biden s’installe à la Maison-Blanche, America sort aujourd’hui son 16e et ultime numéro. Pendant quatre ans, le trimestriel a chroniqué l’Amérique sous la plume d’écrivains du monde entier. La promesse était claire : la fin du mandat de Donald Trump signerait aussi la fin d’America : "Peut-être aurions-nous fait un autre choix s’il avait été réélu. Car ce qui était intéressant, c’était de raconter un pays dirigé par quelqu’un d’imprévisible. Avec Joe Biden, ce ne sera pas une Amérique fade, mais plus normale et moins romanesque", confie François Busnel, cofondateur, avec Eric Fottorino, du magazine.


America tire sa révérence sur un beau succès : 40 à 50 000 exemplaires vendus pour chaque numéro. Ses créateurs en espéraient quatre fois moins lorsqu’ils ont lancé ce mook, après seulement 15 jours de réflexion. Et les anciens numéros continuent de se vendre ! François Busnel, également présentateur de La grande librairie sur France 5, a maintenant d’autres envies : "Je veux me poser et me demander ce que l’on peut créer maintenant. Mais le journalisme, ce n’est pas se reposer. Donc on ne va pas prendre des années pour transformer une idée en projet. Je regarde beaucoup ce qui se fait du côté des nouveaux médias, avec curiosité, mais aussi du côté de la presse écrite. 'America' montre qu’on a besoin de ces articles longs."

Vous êtes à nouveau en ligne