France 2 et France 3 réaménagent leur grille pour faire des économies

Un "Grand Soir 3" sur France 3, plus de rediffusions sur France 2 : alors que le budget du groupe est en baisse, les chaînes tentent de trouver des solutions pour réduire leurs coûts sans toucher à la qualité des programmes.

Une heure d'information au lieu d'une vingtaine de minutes. A partir du mois de mars, le Soir 3 sera nettement rallongé, avec davantage d'invités, de débats, d'international. Ce Grand Soir 3 permettra à la chaîne de se différencier des chaînes d'info en continu, mais aussi de faire des économies : en supprimant les programmes et les films qui étaient habituellement programmés en deuxième partie de soirée, la chaîne économisera "une dizaine de millions d'euros" , selon le patron du groupe Rémy Pflimlin.

Seule l'émission de Frédéric Taddéï, Ce soir ou jamais , sera sauvée : à partir de mars, elle sera transférée sur France 2. Rémy Pflimlin ne voulait pas se priver de l'animateur et a donc demandé à France 2 de lui trouver un créneau. Ce sera le vendredi soir, à la place du talk-show de Bruce Toussaint, Vous trouvez ça normal ?. Ce qui ne fait pas forcément les affaires de France 2 : certes, l'audience de Bruce Toussaint était un peu décevante, mais elle est cependant plus importante que celle de Frédéric Taddéï...

L'équation est décidément difficile pour France 2, qui veut maintenir une part d'audience à 15% l'année prochaine. Mais en 2013, pas de soirées électorales ni de JO pour assurer l'audience. La chaîne va devoir produire plus de fictions, plus de documentaires, et avait donc demandé à la direction du groupe une rallonge budgétaire de 30 millions d'euros. Et a essuyé un refus... Il a donc fallu trouver des solutions. "On va donc recourir à la multidiffusion l'année prochaine" explique Philippe Vilamitjana, le directeur adjoint de la chaîne. "Le samedi, on diffusera les meilleurs moments de 'Grand Public' et de 'la Parenthèse inattendue'. Et on va négocier encore plus fermement avec les producteurs d'émission." Certains producteurs ont du consentir des baisses de 10%, 20% voire plus pour pouvoir être renouvelés sur France 2.

Vous êtes à nouveau en ligne