"Faut qu’on parle" : un documentaire pour faire sauter le tabou de l’homosexualité dans le sport

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Six champions français font leur coming-out dans ce film pour Canal+ signé Lyès Houhou et Arnaud Bonnin.

Trois femmes, trois hommes, tous athlètes de très haut niveau encore en activité, des médaillés olympiques, des champions du monde de basket, judo, rugby, escrime, natation, patinage artistique, ont accepté de témoigner dans le documentaire Faut qu’on parle que Canal+ diffusera samedi 19 juin à 23 heures. Ils révèlent pour la première fois publiquement leur homosexualité.

Jusqu’à présent, les sportifs en activité qui ont osé briser ce tabou très présent dans le monde du sport sont encore rarissimes. "Dans le sport masculin, il y a le côté très viriliste encore, c’est un domaine très concurrentiel où il n’y a pas de place pour la différence. Dans les centres de formations des sports en équipe, par exemple, et chez les garçons encore plus, celui qui sort du lot se met en difficulté, c’est une faille potentielle qui peut vous desservir", racontent Arnaud Bonnin et Lyès Houhou, les auteurs du film.

"Oui, on peut être sportif et homo, et ça peut bien se passer"

Arnaud Bonnin et Lyès Houhou ont mis du temps à convaincre ces sportifs de s’exprimer : "On leur a dit que leur parole était très importante pour faire sauter les tabous. Des jeunes arrêtent le sport parce qu’ils sont homosexuels, certains sont isolés parfois jusqu’au suicide".

Nos témoins, même s’ils ont longtemps hésité, ont compris l’enjeu : le message est tellement fort que le risque en vaut la peine.

Arnaud Bonnin et Lyès Houhou

à franceinfo

"C’est un message d’espoir, poursuivent les auteurs. Ces athlètes parlent pour libérer la parole des autres, pour aider cette nouvelle génération qui a besoin de modèles". 

Pour autant, les six sportifs interrogés refusent d’être des étendards de la cause homosexuelle. Ils racontent la découverte de leur homosexualité, leurs mensonges pendant des années pour la cacher aux autres, les blagues homophobes qu’ils devaient subir, puis leur coming-out. Et finalement, on se rend compte que tout va mieux après : l’entourage réagit plutôt bien, peu de gens leur tourne le dos, et la pratique de leur sport devient plus sereine. "C’est un documentaire optimiste, le message est positif. Il n’y a rien de pire que le secret et le mensonge, ça ronge de l’intérieur.  À partir du moment où c’est dit, les réactions sont gérables, les gens apprécient la franchise de ces athlètes. Oui, on peut être sportif et homo et ça peut bien se passer".

C’est l’artiste Eddy de Pretto qui signe le générique du film, un magnifique cadeau pour les réalisateurs : "Eddy a fait son coming out à travers ses chansons. On lui a demandé de participer au projet et il a dit oui tout de suite. Il a fait pour nous une version piano voix de sa chanson 'Normal'".

Faut qu’on parle de Lyès Houhou et Arnaud Bonnin, samedi à 23 h sur Canal+.

Vous êtes à nouveau en ligne