Euro 2021 : "On va faire en sorte que ce soit un tournoi normal", promet François Pellissier, directeur des sports du groupe TF1

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

TF1 est le co-diffuseur du tournoi en clair avec M6, tandis que l’intégralité de la compétition est diffusée sur Bein Sports.

Reporté d’un an à cause de la pandémie de Covid-19, l’Euro 2021 démarre vendredi 11 juin. La compétition va se dérouler dans 11 pays différents avec des spectateurs dans les stades. TF1 a décroché les droits en clair de 12 matchs (les autres seront sur M6), dont celui d’ouverture entre la Turquie et l’Italie. La chaîne diffusera aussi deux rencontres des Bleus lors de la phase de groupes (contre la Hongrie puis le Portugal), ainsi que leur 8e de finale et leur demi-finale, s’ils arrivent jusque-là.

Diffusion des matchs et d'un magazine 

Comme en 2016, c’est M6 qui a raflé la diffusion de la finale au tirage au sort. Pour François Pellissier, le patron des sports de TF1, ce n’est pas catastrophique : "On a des lots équilibrés puisque TF1 a la majorité des matchs des Bleus. Et puis une demi-finale, c’est quasiment 20 millions de téléspectateurs ! On va faire en sorte que ce soit un tournoi normal, avec un dispositif complet comme on a l’habitude de le faire"

Aux commentaires, les téléspectateurs retrouveront l’habituel duo Grégoire Margotton-Bixente Lizarazu, ainsi qu'un nouveau couple mixte composé de Julien Brun et Sabrina Delanoy, ancien joueuse internationale, qui sera la première femme à commenter un tournoi international masculin sur une chaîne hertzienne : "On ne sait pas encore combien de matchs elle fera, aucun des Bleus en tout cas", explique François Pellissier. Après les rencontres, on retrouvera le Mag de l’Euro présenté par Denis Brogniart, sauf ce soir puisque l’animateur est sur le tournage de l’émission District Z. Il sera remplacé par Nathalie Ianetta. 

Une compétition pas forcément rentable 

Si les audiences s’annoncent, comme à chaque Euro ou mondial de foot, excellentes, TF1 sait d’avance que son investissement ne sera pas rentable : "La publicité rapporte un peu d’argent. Malheureusement, ça ne permet pas de couvrir les coûts de production et des droits (qui restent tenus secrets). On sent toutefois une très forte attente du côté des annonceurs. Toutes les pubs du 1er tour sont vendues, il reste un peu de place à partir des 8e, ce qui est normal car on ne connaît pas encore  les affiches", explique François Pellissier, qui dirige également la régie pub de TF1.

Concernant les droits de la Ligue 1 pour la prochaine saison, TF1 n’est pas candidat : "Je dirais 'malheureusement', parce que je reste convaincu que ça serait formidable pour la Ligue 1 d’avoir quelques matchs exposés en clair, explique François Pellissier. Mais on n’a pas les moyens d’aller sur ce type de droits. On parle de sommes de 600 ou 700 millions par an. Nous, pour faire cinq chaînes de télé, on dépense 900 millions par an. Donc consacrer les deux tiers de notre budget pour 38 journées de championnat, ça ne marche pas."

Vous êtes à nouveau en ligne