Ecrans, réseaux sociaux : sommes-nous tous des poissons rouges ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le directeur éditorial d'Arte France Bruno Patino vient de publier "La civilisation du poisson rouge". Il y décrypte notre addiction aux écrans et dénonce l'emprise des plateformes comme Facebook.

Pourquoi ce drôle de titre, La civilisation du poisson rouge ? Parce que, explique Bruno Patino, nous ne sommes plus capables d'être attentifs plus de quelques secondes, comme les poissons rouges.
La raison, c'est que "nous sommes devenus dépendants de nos écrans et des notifications que les plateformes nous envoientNotre bocal, ce sont nos écrans."

Et ce que démontre Bruno Patino, c'est que cette addiction "est le produit du modèle économique de certaines plateformes : elles sont en train de conquérir du temps, qu'on consacrait auparavant à autre chose." 

C'est toute notre sociabilité qui est modifiée par cette dépendance aux écrans

Bruno Patino

à franceinfo

Le modèle économique de certaines plateformes explique aussi, en partie, le succès des fausses nouvelles, les fameuses fake news : elles sont davantage partagées qu'un message rationnel parce qu'elles sont plus émotionnelles, elles sont donc plus efficaces économiquement, et donc favorisées par les algorithmes. Il faudra donc, estime l'auteur de La civilisation du poisson rouge, "réguler à terme le modèle économique de ces plateformes".

Revoir l'émission en intégralité :

RADIO FRANCE

Vous êtes à nouveau en ligne