Dov Alfon, nouveau directeur de "Libération" : "Je n’ai pas l’intention de devenir un commentateur politique"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Une semaine après sa prise de fonctions, l’ex-journaliste du quotidien israélien Haaretz donne sa première interview. Il a choisi franceinfo.

Son arrivée est un plébiscite : 90% des salariés ont approuvé sa nomination à la tête de Libération. "Un taux presque maoïste ! Ça me réjouit de voir qu’il y a une adhésion à mon projet de changement. Cela prouve aussi que les attentes sont immenses, je veux leur prouver qu’ils ont eu raison", confie Dov Alfon, qui rêvait depuis toujours de travailler à Libération.

Il succède au médiatique Laurent Joffrin, qui courait les plateaux télé et radio pour commenter l’actualité. "J’irai parler du journal à l’extérieur de temps en temps, mais je n’ai pas l’intention de devenir un commentateur politique. Mes priorités sont tout autres". Première d’entre elles : attirer trois fois plus d’abonnés numériques. "On a toutes les chances d’être dans un nouvel âge d’or de la presse grâce aux abonnements numériques. On voit un réel engouement pour la lecture du journal sur son téléphone ou devant son ordinateur (...) Mais je veux malgré tout continuer à bichonner la version papier", assure-t-il.   

Vous êtes à nouveau en ligne