Céline Calvez : "Tout le monde est responsable du déséquilibre entre hommes et femmes dans les médias"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La députée LREM des Hauts-de-Seine vient de remettre un rapport au gouvernement sur la place des femmes dans les médias en temps de crise.

C'est la une du Parisien du 5 avril qui a poussé le Premier ministre Edouard Philippe à confier une mission sur la place des femmes dans les médias à Céline Calvez, députée LREM des Hauts-de-Seine. Le titre : "Ils racontent le monde d'après". Quatre photos, quatre témoignages, quatre hommes. "Ça m'a choquée et je n'étais pas la seule. Je pensais d'ailleurs que c'était une fausse une ! C'était d'autant plus insupportable que les femmes étaient aux avant-postes dans les métiers de services et du soin", explique l'élue.

Le rapport définitif sera remis fin août, en attendant Céline Calvez dresse un premier bilan en s'appuyant sur des études menées par le CSA et l'INA. Le constat : au plus fort de la crise, les femmes étaient moins représentées dans les médias (télévision, radio, presse écrite), mais cette tendance est conforme à celle de l'ensemble de l'année 2019. Si l'on regarde de plus près, on s'aperçoit que les experts invités sur les plateaux ou dans les journaux étaient très majoritairement des hommes, tandis que les femmes intervenaient surtout en tant que témoins, dans des positions d'autorité faible. "Il serait bon que les femmes puissent s'exprimer davantage sur l'économie, les sciences ou la politique", selon la députée.

Céline Calvez pas opposée à des quotas dans les médias

Si les médias ont une responsabilité dans cette dominance masculine, ils ne sont pas les seuls. "Les médias ne peuvent pas non plus changer une réalité : les femmes sont moins souvent nommées à des postes de pouvoir, note Céline Calvez. Les institutions doivent aussi proposer des femmes comme porte-parole. Tout le monde doit être vigilant, y compris les lecteurs et les téléspectateurs".

Dans son rapport, Céline Calvez fait des préconisations pour améliorer la visibilité des femmes dans les médias. "Par exemple, compter la place des femmes dans les contenus et dans les rédactions. Certains médias le font déjà. Et la technologie nous permet ce comptage sans prendre trop de temps". Faut-il instaurer des quotas ? La députée n'y est pas opposée. "Je constate que depuis 10 ans, la loi qui porte à 40% la présence des femmes dans les conseils d'administration est respectée, et ça se passe très bien", conclut Céline Calvez.

Vous êtes à nouveau en ligne