Affaire Fillon/Jouyet : le secret des sources en question

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'affaire Fillon-Jouyet devant la justice aujourd'hui. Le tribunal doit trancher le différend entre l'ancien premier ministre et les journalistes du quotidien Le Monde. Question : François Fillon peut-il récupérer l'enregistrement dans lequel Jean-Pierre Jouyet le met en cause?

Le tribunal de Grande Instance de Paris doit répondre à une question très précise, apparemment toute simple, dans cette affaire aux multiples rebondissements : François Fillon a-t-il le droit de récupérer le fameux enregistrement dans lequel Jean-Pierre Jouyet le met en cause ? Le secrétaire général de l'Elysée a assuré à deux journalistes du Monde que François Fillon lui avait demandé d'accélérer les procédures judiciaires contre Nicolas Sarkozy, suscitant le scandale que l'on sait.

La conversation a été enregistrée par les reporters, et l'ancien premier ministre a bien l'intention d'écouter lui-même la bande. Pour savoir, ont expliqué ses avocats, dans quel contexte les propos ont été tenus. S'ils ont été spontanés, si Jean-Pierre Jouyet présentait les choses comme une blague. Le tribunal va rendre sa décision cet après-midi. 

Le secret des sources "pulvérisé"?

Ce fameux secret inscrit dans la loi. Il autorise les journalistes à taire le nom de leurs informateurs, la manière dont ils ont accès à telle ou telle information sensible. Un secret des sources essentiel pour permettre le travail d'enquête et permettre aux journalistes de tisser des liens de confiance avec ceux qui leur font des révélations.

Ce secret des sources est au coeur de l'affaire. D'un côté vous avez les avocats des deux reporters du monde qui s'indignent. Non, Gérard Davet et Fabrice Lhomme n'ont pas à livrer cet enregistrement, couvert par le secret des sources, l'entretien est confidentiel et n'a pas à se retrouver sur le bureau de François Fillon. Mais en face, les avocats de françois fillon répondent que le secret des sources, il n'y en a plus. Les journalistes l'ont eux même "pulvérisé" en révélant que Jean Pierre Jouyet était leur informateur. Dans ce cas là, pourquoi ne pas aller jusqu'au bout, pourquoi ne pas livrer l'information, le contenu de la conversation, pour éviter de rester dans la rumeur ?

Des journalistes critiqués

Le duo Davet / Lhomme est assez critiqué dans cette affaire.  Alors qu'ils ont une très solide réputation d'enquêteurs, le journaliste de Libération Jean Quatremer par exemple écrit que le "Jouyetgate" est une mauvaise nouvelle pour la presse, que ça allait décourager les politiques, les hauts fonctionnaires de faire des révélations.

En même temps, ce n'est pas la première fois, loin de là, que le secret des sources est mis à mal, concurrencé par d'autres impératifs. L'affaire Fillon / Jouyet marque-t-elle vraiment un tournant ? Ca dépendra aussi - un peu - de la décision du tribunal. 

 

Vous êtes à nouveau en ligne