Thomas Jolly boucle sa tétralogie

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Il n'a que 33 ans et déjà mis en scène un monument du théâtre: Thomas Jolly, c'est lui qui a créé Henry VI de Shakespeare à Avignon en 2014, marathon qui compile trois pièces sur 18 heures. Il présente à Rennes la fin de ce cycle : Richard III.

C'est la suite de ce récit épique de la guerre des roses dans la monarchie anglaise du XVIème siècle, Richard III c'est le roi le plus sanguinaire de la couronne britannique, né difforme, bossu, c'est Thomas Jolly qui le joue sur scène. Le metteur en scène qui depuis l'immense succès d'Henri VI défend un théâtre exigeant et populaire, très actuel, a opté pour une version chorale de ce classique.

Thomas Jolly voit en Shakespeare l'inventeur de l'entertainment, le père lointain des séries télé et ça fonctionnait parfaitement, grâce au découpage des scènes, dans Henri VI. Là c'est plus difficile, il y'a moins de batailles, c'est plus sombre, mais  il rythme sans cesse le récit, à coups de lumières dignes d'un concert de rock, de musique actuelle, son Richard III semble sorti de Games of trone avec sa bosse faite de plumes, ses dois crochus, son look à la mad max.

Vendredi soir pour la première à Rennes la salle était très jeune, le public a adoré ce Richard III, il y'a un vrai phénomène Thomas Jolly, avec sa fougue il est en train de rajeunir l'audience du théâtre.

Richard III de Shakespeare au théâtre national de Bretagne à Rennes jusqu'au 14 octobre, puis en tournée partout en France.

Vous êtes à nouveau en ligne