Théâtre : Anouk Grinberg la révoltée

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Auguste de Villiers de l'Isle-Adam, romancier et dramaturge de la deuxième moitié du XIXème siècle était un homme en avance sur son temps. En 1870 il écrit "la révolte", pièce jouée seulement 5 fois, vilipendée pour son féminisme précurseur, et c'est au théâtre des Bouffes du Nord à Paris que Marc Paquien la met en scène, avec Anouk Grinberg dans le rôle-titre.

Elle est Elizabeth, femme de Félix, Hervé Briaux, banquier, qui ne connait que le parfum des billets,  le bonheur de compter son argent. Son épouse, dévouée, fait fructifier sa fortune. Mais un soir, elle explose, scène de ménage, elle annonce qu'elle part. La captive des conventions bourgeoises veut tout simplement rêver, respirer, c'est un monologue bouleversant, scandaleux pour l'époque. Mais Villiers de l'Isle-Adam, adepte du tragique, fait revenir Elizabeth après seulement quatre heures dans la nuit froide, On a cru avec elle, qu'elle allait se libérer, mais il est trop tard, elle n’en est plus capable.

La langue sonne classique, mais c'est, malheureusement, toujours contemporain.

On pense à l'héroïne d'Eric Rheinardt, qui évoque d'ailleurs, Villiers de l'Isle Adam dans "l'amour et les forêts", son dernier roman, ici, le choc, c'est le retour, la retraite de la femme vaincue. Anouk Grinberg, qui survole la mise en scène, trop attendue, réalise une fois de plus une belle performance et elle avoue qu'elle a eu du mal au début avec la défaite de son personnage. Une pièce courte, une heure vingt, coup de poing, qui vaut essentiellement pour la puissance du texte et l’interprétation d’Anouk Grinberg.

"La révolte" de Villiers de l'Isle-Adam, mise en scène Marc Paquien, au théâtre des Bouffes du Nord à Paris jusqu'au 25 avril.