The Libertines, retour à la musique

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Ils sont entrés dans la grande histoire du rock en seulement deux albums. Onze ans après leur séparation et après bien des frasques, ils sont de retour : les Libertines sortent ce vendredi un troisième album, "Anthems For Doomed Youth". Un album sans grande surprise, où transparaît avant tout la joie de se retrouver.

Il y a plus de dix ans, les Libertines se séparaient, laissant orphelins ceux qui voyaient en eux la nouvelle vague rock arrivée d'Angleterre avec le nouveau siècle. Après de multiples essais ces dernières années, cet album, Anthems Of Doomed Youth , le troisième donc, scelle les retrouvailles des quatre membres originels, l'année dernière en Thaïlande. Quatre amis qui ne sont pas restés inactifs pendant cette longue pause - avec entre autres les Babyshambles pour Pete Doherty ou les Dirty Pretty Things pour Carl Barât, l'autre leader - sans compter leurs essais en solo. Mais aujourd'hui, seul compte le bonheur de se retrouver sous la bannière des Libertines..

La drogue, l'alcool, les frasques étalées dans la presse people, on n'ose pas dire que tout cela est derrière Pete Doherty, coutumier des excès dans une époque où son moindre geste était épié par les paparazzi... Mais le chanteur à la voix adolescente semble aujourd'hui apaisé et serein.

Musicalement, ce sont toujours les mêmes, portés par les voix entremêlées des jumeaux maléfiques Barat et Doherty. Les 12 titres de l'album sont dans la droite ligne des anciens morceaux. Energiques, mélancoliques, puissants, brillamment mélodiques mais du coup un peu attendus, malgré quelques fulgurances comme ce dépouillé You're My Waterloo .

Le mois dernier à Rock en Seine, les Libertines ont livré un concert contrasté, entre volonté de bien faire et joie manifeste d'être ensemble, quitte à en oublier le public. Vu leur histoire compliquée, les voir réunis sur une même scène est déjà une belle victoire... La musique, rien que la musique désormais.