Pierre Paulin entre au musée

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

A Paris, le Centre Pompidou, consacre une rétrospective au designer français Pierre Paulin dont les créations ont marqué la deuxième moitié du XXème siècle.

Pierre Paulin est surtout connu pour ses sièges. Dans sa carrière, il en a dessiné près de deux-cents : chaises, fauteuils, chauffeuses ou canapés. Mais c’est à l’ensemble de son travail de designer que s’intéresse l’exposition du Centre Pompidou qui présente des dessins, des maquettes et environ 80 meubles (sièges, tables, étagères ou luminaires). Autant de créations marquées du sceau de la simplicité.  "Il était toujours dans la volonté d’être discret, de ne pas en rajouter, d’aller à l’essentiel" , explique sa veuve Maïa Paulin, Dans cette rétrospective qui couvre quelques quarante années de création, de 1950 à 1990, toutes les pièces emblématiques sont réunies : la table cathédrale des années quatre-vingt comme le fauteuil Tongue, orange vif, de 1967. Ce fauteuil très innovant pour l’époque, était recouvert d’une housse monobloc en stretch.

(Au premier plan, le fameux fauteuil Tongue de Pierre Paulin © Anne Chepeau)

Pierre Paulin à l’Elysée

En 1969 Georges et Claude Pompidou, demandent au designer d’aménager les appartements privés du palais présidentiel. Il conçoit le mobilier, l’éclairage et le décor. Outre la maquette de ces appartements, quelques pièces du mobilier d’origine ont été rassemblées. Quinze ans plus tard, Pierre Paulin est de nouveau intervenu à l’Elysée. En 1984, il aménage le bureau de François Mitterrand : on peut d’ailleurs voir dans l’exposition le fauteuil de l’ancien chef de l’état, en bois d’amarante et cannage, un fauteuil qui illustre le retour du designer à une certaine forme de classicisme.

(Une partie du mobilier de l'Elysée créé en 1969 pour Georges et Claude Pompidou © Anne Chepeau)

Une exposition à vivre

L’exposition du Centre Pompidou, permet aux visiteurs, ce n’est pas si fréquent, de s’asseoir dans une dizaine de sièges du designer. Une expérience sensorielle à laquelle tenait beaucoup la commissaire de l’exposition Cloé Pitiot : "Je voulais que cette exposition soit scientifique, très documentée mais aussi sensible, qu’elle joue sur le registre de l’émotion". Pierre Paulin a mis ses créations au service du corps, avec l’idée d’apporter confort et réconfort. Le designer souhaitait que ces créations soient accessibles au plus grand nombre. Le Centre Pompidou a exaucé ses vœux.

Pierre Paulin, une rétrospective à voir à Paris au Centre Pompidou du 11 mai au 22 août.

(Table cathédrale créée dans les années 1980 © Anne Chepeau)
Vous êtes à nouveau en ligne