Pharrell Williams investit Paris

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'homme au chapeau de la police montée débarque à Paris : Pharrell Williams, en tournée française, s’installe dès ce lundi au Zénith de Paris, pour quatre concerts successifs. Depuis 2012, l'Américain surfe sur une interminable vague de succès. Et pas seulement en musique…

 On connait Pharrell-le-phénomène musical : pas une seule faute de parcours depuis 20 ans et des collaborations plaquées or partout où il passe (Jay-Z, Britney Spears, Madonna, Gwen Stefani, Snoop Dog…).

 

Son album solo G I R L, sept mois après sa sortie, est double platine chez nous (233.000 exemplaires vendus, le double aux Etats-Unis), tandis que la planète a écouté Happy et Get Lucky (son tube avec Daft Punk) jusqu'à l'épuisement nerveux. Enfin, à 41 ans, le garçon en parait quinze de moins, compte trois Grammies sur sa cheminée et une entreprise financière que la presse américaine évalue à près de 80 millions de dollars.

 

Un businessman qui s’en cache bien

 

Producteur-designer-philantrope-coach vocal-fashion victim : le garçon a un côté touche à tout revendiqué, qui pourrait passer pour du snobisme, s'il n'y avait pas cette enthousiasme frais et naïf. Par exemple, lors de son passage à Paris en mars pour la sortie de son disque, voici comment il imaginait sa journée idéale dans la capitale :

 

"Je ne veux pas sonner bourgeois mais…ce serait démarrer avec un petit-déjeuner en terrasse avec une vue magnifique sur les toits de cette ville, qui rayonne du talent de tous les grands architectes… Ensuite partir sur les traces de Karl Lagerfeld dans ses bureaux : ça ce serait cool, mais je rêve un peu ! Et puis aller demander à Phoebe Philo de Céline  pourquoi elle est si géniale…Passer aussi au magasin Colette, c’est un rituel : Paris pour moi, ce sont de grands talents et une énergie vraiment à part "

 

A Paris, Pharrell pense à tout : dès le premier jour de cette série de concerts, on pourra retrouver sa ligne de vêtements chez le très chic Colette. Car Pharrell Williams est à la tête de deux lignes de vêtements (dont la bien nommé Billionnaire Boys Club), mais aussi une société IamOTHER qui réunit - entre autres - un site de création musicale sur tous supports, une chaine Youtube, une fondation pour l'aide à l'éducation ... Il est aussi, depuis la rentrée, coach télé pour The Voice US, mais aussi designer pour de la bagagerie de luxe, ou encore pour des bijoux et lunettes de la maison Vuitton.

 

Son sésame : collaborer avec des stars du marché de l’art

 

Dernière en date avec l'artiste japonais Takashi Murakami, actuellement l’un des artistes les plus cotés du marché mondial, que Pharrell avait choisi pour une sélection d'oeuvres présentée à Paris en juin, et qui a signé le clip d’inspiration manga de son dernier single.

Pharrell Williams : chanteur mais surtout renifleur de tendance aussi doué coté portefeuille. On retrouve ce sens de l’à-propos dans la boutique du chanteur à la sortie de ses concerts, où l’on annonce la petite culotte estampillée Happy affichée trente euros...