Old Times d’Harold Pinter : limite hors-jeu

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La pièce du dramaturge anglais, présentée actuellement à Paris au théâtre de l’Atelier, ne convainc pas.

Dans le salon d’une maison au bord de la mer, loin de Londres, Kate, Marianne Denicourt, et son mari Deeley, Emmanuel Salinger, attendent l’arrivée d’Anna jouée par Adèle Haenel, une amie de jeunesse que Kate n’a pas revue depuis vingt ans. La venue d’Anna fait ressurgir les souvenirs et avec eux les mensonges et les rapports de force existant entre les trois personnages.

(Old Times d'Harold Pinter)

Une distribution inégale

Cette pièce, qui offrait sur le papier une belle affiche, Marianne Denicourt, et Adèle Haenel récompensée au cinéma par deux césars en 2014 et 2015, ne tient pourtant pas ses promesses. Il est difficile d’en suivre le fil et la mise en scène de Benoit Giros ne la rend guère lisible. Si Marianne Denicourt joue avec beaucoup de finesse et d’intériorité le rôle de Kate, personnage énigmatique, Adèle Haenel est à la peine, manquant de justesse et de mystère dans le rôle d’Anna.

 

Vous êtes à nouveau en ligne