"Mustang" : l'adolescence indomptable

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Il faut aller découvrir à partir de ce mercredi dans les salles "Mustang", le premier long métrage d'une jeune cinéaste turque, Deniz Ergüven, qui signe un film à la fois engagé et lumineux sur la place des femmes aujourd'hui en Turquie.

 "Mustang" est un portrait de groupe particulièrement réussi, le portrait de cinq sœurs qui habitent dans un village reculé de Turquie. Ces cinq gamines insouciantes, espiègles, enjouées, vont se retrouver à l'adolescence prises au piège de la religion et des traditions, des tests de virginité aux mariages forcés, auxquels seule la plus jeune, dont le visage vous restera longtemps en mémoire, pourra peut-être opposer son irréductible désir de liberté.

Ce que la cinéaste parvient parfaitement à faire, c'est à capter justement cette énergie, cette liberté, ce désir farouche de ne pas se laisser dresser ou se laisser dompter. Elle réussit du coup un film qui est à la fois une émouvante chronique de l'adolescence et de la féminité, et une implacable critique des règles patriarcales et machistes qui continuent de régenter une partie de la Turquie.

Pour gagner vos places, jouez ici

Vous êtes à nouveau en ligne