Moïse par Roméo Castellucci, un théâtre d’images au-delà des images

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

«Go down Moses, let my people go » chantait Louis Armstrong, "Go down Moses", c'est le titre de la nouvelle pièce de Roméo Castellucci au théâtre de la Ville à Paris, rien à voir avec le gospel, le metteur en scène italien, s'intéresse à la figure biblique de Moïse et poursuit sa recherche autant philosophique que théâtrale.

Depuis près de trente ans, lui qui est autant metteur en scène que plasticien, s'interroge sur le poids de l'innommable, de ce qu'on ne peut pas représenter... Il y'a eu des spectacles qui ont fait scandale, pas de risque ici, la bible est pour lui une source d'inspiration inépuisable là c'est Moïse, le premier prophète, celui qui a vu Dieu, a reçu de Dieu l'injonction qui interdit l'image, la représentation.

Sans montrer Moïse, Roméo Castellucci fabrique des images qui donnent à méditer, réfléchir, se laisser embarquer...Dans des toilettes une femme d'aujourd'hui a une hémorragie, elle a accouché et abandonné son enfant, plan suivant une poubelle d'où sort le cri d'un bébé, c'est Moïse abandonné sur le Nil, puis dans un commissariat la femme refuse de dire aux policiers où est l'enfant, elle parle comme une illuminée qui annonce l'avènement d'un nouveau Dieu...enfin long tableau vivant, sublime, on dirait du Nicolas Poussin le peintre du XVIIème aux toiles très mythologiques, une caverne, une tribue préhistorique pleure un enfant mort né, Roméo Castellucci envoute une fois de plus avec son théâtre d'images, la magie est sur scène, il fait apparaître et disparaître des objets, des corps, c'est une vraie expérience.

"Go down, Moses" de Roméo Castellucci au théâtre de la Ville à Paris jusqu'au 11 novembre.

Vous êtes à nouveau en ligne