Les "Skagboys" d’Irvine Welsh sont de retour !

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

"Trainspotting" c'est un film culte de Danny Boyle en 1996, la suite va d'ailleurs bientôt être tournée, mais c'est au départ un roman, d'Irvine Welsh, sorti trois ans plus tôt. L'écrivain écossais publie "Skagboys" au Diable Vauvert, un livre fleuve de 800 pages, un préquel comme on dit, qui se situe avant "Trainspotting".

Ils sont tous là, Renton, Sick Boy, Begbie et Spud, avec quelques années de moins, dans les bas-fonds d'Edimbourg, ravagée par la crise. En épigraphe Irvine Welsh a choisi cette phrase de Margaret Thatcher: "la société n'existe pas", l'auteur démontre tout le contraire. La désindustrialisation de la Grande Bretagne à partir de la fin des années 70 a laminé la classe ouvrière, dont les enfants privés d'avenir foncent tête baissée vers la drogue.

"Skag" en argot écossais, c'est l'héroïne, se l'injecter c'est fuir ce monde en déclin, Irvine Welsh montre comment dans cette mutation violente, la drogue a anesthésié une génération. "Skagboys" c'est du Zola sur fonds de musique saturée, l'humour en plus : vols minables, virées dans les pubs, bagarres, cure de désintoxication hilarante et très touchante à la fois, ces personnages sont pleins de vie. Certes ils la brûlent, mais ils sont bien une société, n'en déplaise à Margaret Thatcher.

C'est aussi une langue, l'argot écossais 

Félicitons le traducteur Diniz Galhos qui a su mettre en français ce parler fleuri, âmes sensibles s'abstenir. Irvine Welsh est un écrivain de la classe ouvrière, il en vient, mais n'allez pas croire qu'écrire comme ça est facile, c’est un travail de longue haleine, une musique à restituer, celle de ces années-là. "Skagboys" se lit en montant le son : Iggy Pop, New Order, Bowie, la playlist est longue.

►►►"Skagboys" d'Irvine Welsh au Diable Vauvert

Vous êtes à nouveau en ligne