"Les Huit Salopards" : Ennio Morricone, une légende pour le nouveau Tarantino

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

C'est sûrement le plus grand compositeur de l'histoire du cinéma : Ennio Morricone signe la bande originale du nouveau film de Quentin Tarantino, "Les Huit Salopards", première collaboration entre les deux hommes. Le disque sort ce vendredi, en attendant le film le 6 janvier prochain. Cela faisait 40 ans qu'il n'avait pas signé la BO d'un western.

Morricone/Tarantino : sur le papier, ce duo fait saliver. Alors forcément, on peut se dire que la rencontre était inévitable... A 87 ans et après avoir signé la musique de plus de 500 films, le "Maestro", comme il aime se faire appeler, n'était pas forcément désireux de redonner dans le western, un genre qui a un peu phagocyté son oeuvre avec sa longue et prolifique collaboration avec Sergio Leone. Mais 40 ans après le dernier, Ennio Morricone a donc dit oui.

"Si j'ai dit oui à Tarantino, c'est parce que dans le passé, il a beaucoup utilisé ma musique dans ses films. Il m'avait demandé de collaborer sur Inglorious Basterds , mais je n'étais pas disponible... Il avait tellement insisté que finalement j'ai dit oui pour ce nouveau film."

En vérité, les choses sont un peu plus compliquées... Ennio Morricone n'avait pas beaucoup aimé l'usage qu'avait fait Tarantino de sa musique sur Django Unchained et il l'avait fait savoir. Il a fallu que le réalisateur se déplace à Rome et lui clame toute son admiration pour le convaincre.

Du Morricone, à 100 %

Pour ce retour au western, Ennio Morricone est resté fidèle à lui-même, et sa patte si reconnaissable. Une ambiance inquiétante, des cris, de grandes envolées symphoniques. Pas de doute, c'est du Morricone, et même du très bon, enregistré en grande formation orchestrale. On se dit même que la musique pourrait prendre le pas sur le film, tellement elle est reconnaissable et nerveuse - on n'oublie pas non plus que Tarantino a utilisé trois titres des White Stripes, de Roy Orbison et de David Hess pour compléter la BO. Mais Ennio Morricone sait à quoi s'en tenir, lui qui affirme depuis toujours qu'"une bonne musique ne sauvera jamais un mauvais film ".

Quoi qu'il en soit, il faudra attendre le 6 janvier et la sortie en salles des Huit Salopards pour voir le résultat. Après, Ennio Morricone se remettra dans la peau d'un chef d'orchestre : il passera notamment par Paris et le Palais des Congrès les 27 et 28 mai prochains.

Vous êtes à nouveau en ligne