La vie rêvée de Michel Boujenah

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Michel Boujenah est de retour sur scène à Paris au Théâtre Edouard VII dans un spectacle où il se raconte en mélangeant réalité et fiction.

Michel Boujenah n’avait pas envie de raconter sa propre vie, un exercice qui ne l’intéresse pas, bien que l’époque dans laquelle nous vivons pousse à livrer ses secrets les plus intimes. Michel Boujenah a donc choisi de raconter une vie imaginaire tout en s’appuyant sur les évènements de sa propre existence. Sur scène, avec comme seuls accessoires une chaise, un châle et un chapeau, il passe d’un personnage à l’autre pour raconter l’enfance, le handicap, le premier amour, mai 68, la famille et bien sûr l’exil, thème récurrent depuis ses débuts. Le comédien a été très marqué par son départ de Tunisie et son arrivée en France à l’âge de 11 ans.

(Michel Boujenah ©)

Humoriste et citoyen

Dans  "Ma vie rêvée" , Michel Boujenah parle aussi de politique, par petites touches : « Essayer d’aller faire un spectacle humoristique sur Poutine en Russie », glisse-t-il ainsi pour défendre la démocratie. Car l’adolescent qui a vécu mai 68, l’ancien militant ne peut pas rester indifférent au monde qui l’entoure. Sur scène, il égratigne les hommes politiques pour mieux défendre les valeurs auxquelles il croit.

Le public devient acteur

Michel Boujenah adore improviser avec le public qu’il interpelle régulièrement au cours du spectacle. Ici, une dame applaudit au mauvais moment, là il demande à une autre d’enlever sa veste rouge dont la couleur le perturbe. Ce jeu avec les spectateurs lui procure beaucoup de plaisir. Le public, conquis, rit énormément. S’il n’y a pas de vraie surprise dans ce spectacle, Michel Boujenah est fidèle à lui-même : à la fois drôle, tendre et nostalgique. C’est ce cocktail qui a fait son succès et qui le rend aujourd’hui encore très attachant.

Ma vie rêvée, le nouveau spectacle de Michel Boujenah jusqu’au 4 janvier à Paris au Théâtre Edouard VII et à partir du 10 janvier en tournée en France.

Vous êtes à nouveau en ligne