"Innoncence" : Dea Loher entre au répertoire du français

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La comédie française s'ouvre rarement à des auteurs contemporains, l'entrée au répertoire de l'allemande Dea Loher est donc un événement. Ses pièces sont adaptées dans le monde entier, "innocence" est ici mise en scène par le québécois Denis Marleau.

Déa Loher c'est un regard sans concession sur le monde, elle part souvent de faits réels, mélange les histoires qui finissent par se rejoindre. Dans "innocence", on est dans une ville portuaire, où une dizaine de personnages, des gens simples avec des mots simples cherchent le sens de leur vie, partagés entre leurs lâchetés, leurs espoirs dans un monde sans certitudes. Il y'a les deux clandestins qui voient une femme se noyer, la jeune aveugle qui danse nue dans un cabaret, un couple qui se délite, une vieille femme qui réinvente sa vie, une autre qui pour se sentir exister va se présenter à des familles de victimes comme la mère de l’assassin…leurs destins vont se croiser. Seule au bord du plateau à ne pas entrer dans ce bal étrange, Ella, philosophe qui ne croit plus aux sciences humaines, théorise sur ce qui préoccupe en fait les autres personnages: la non fiabilité du monde.  L'absurde qui amène l'humour vient détendre le climat et même si la mise en scène de Denis Marleau manque de rythme, la pièce évolue vers une forme d'optimisme.

"innocence" de Déa Loher, mise en scène Denis Marleau à la comédie française jusqu'au 1er juillet.