Eternelle Antigone

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Juliette Binoche est "Antigone" de Sophocle au théâtre de la ville à Paris. Superproduction européenne, le flamand Ivo Van Hove met en scène, la française joue en anglais avec ses partenaires britanniques, c'est surtitré et c'est une Antigone très contemporaine.

Dans les costumes, la scénographie, très épurée, avec projections d'images de désert ; Antigone défie le roi Créon, brave la mort, pour donner à son frère une sépulture, Ivo Van Hove a pensé aux victimes du vol de la Malaisia Airlines en Ukraine, quand les rebelles pro-russes empêchaient le rapatriement des corps. Juliette Binoche voulait être Antigone, héroïne intemporelle. Elle est bouleversante, son anglais irréprochable, même si ses excellents partenaires n'ont pas le même débit, la même diction théâtrale, c'est normal, ils jouent dans leur langue. On attend peut-être trop de cette prestation, on oublie en fait que le personnage est souvent absent de la scène, Créon est au moins aussi important. La mise en scène est assez froide, subtile, en fait on a envie d'y retourner, pour se laisser bercer par cet anglais, dans une adaptation qui illumine le texte.

"Antigone" de Sophocle, avec Juliette Binoche, mise en scène Ivo Van Hove, au théâtre de la ville à Paris jusqu'au 14 mai et en tournée.

Vous êtes à nouveau en ligne