Christophe Honoré sort "Cosi fan tutte" du marivaudage

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le festival d'art lyrique d'Aix-en-Provence a débuté avec, tradition oblige, un opéra de Mozart mis en scène par Christophe Honoré.

"Cosi fan tutte", "elles font toutes comme ça", opéra bouffe, bijou de la période italienne de Mozart, très souvent monté comme un marivaudage, mais là, Christophe Honoré qui le met en scène sort des sentiers battus. Avec son œil de réalisateur de cinéma qui scrute si bien les états d'âme de la jeunesse, Christophe Honoré a lu de la gravité dans le livret de Lorenzo Da Ponte.  Dans Cosi, le librettiste de Mozart imagine deux soldats fanfarons qui parient sur la fidélité de leurs fiancées. Ils vont se grimer, se maquiller la peau de noir persuadés qu'ainsi méconnaissables, elles ne céderont jamais à leurs avances.

Une mise en scène très aboutie 

Christophe Honoré place l'histoire dans l'Erythrée des années 20 occupée par les troupes fascistes italiennes de Mussolini. Il appuie très intelligemment sur le travers raciste de ces jeunes gens et la vision caricaturale de la femme qui ressort de cette œuvre. "Cosi fan Tutte", elles font toutes comme ça, disait-on en 1790, aujourd'hui, "on dirait toutes des salopes" dit Christophe Honoré, dont c’est la troisième Mise en scène d’opéra, sans doute la plus aboutie. C’est un Cosi fan tutte de toute beauté, sensuel, presque chorégraphié, le chef Louis Langrée souligne les subtilités de la musique de Mozart, les chœurs sud-africains de Cape Town sont de formidables figurants et parmi les rôles féminins, Sandrine Piau en Despina et kate Lindsley en Dorabella, ont ravi le public aixois.

"Cosi fan tutte" de Mozart, mise en scène Christophe Honoré au festival d’Aix-en-Provence jusqu'au 19 juillet.