Ils vont décrocher la Lune. Un peu plus près des étoiles : embarquement pour un voyage interstellaire

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Il y a 50 ans, un homme marchait sur la Lune, concrétisation d’un très vieux rêve de l’Humanité et véritable exploit technique et scientifique. 50 ans plus tard, quelles sont les lunes scientifiques à décrocher ? A quelle distance se trouve-t-on de ces objectifs ? Quels sont les freins, les étapes à franchir pour réussir ces défis ? Dans des domaines aussi variés que la santé, l’environnement, la physique ou l’astrophysique, d’éminents scientifiques font le point avec Olivier Emond sur l’état de la recherche, affichent leurs espoirs et dessinent le chemin à parcourir pour parvenir à relever ces défis et marquer de leur empreinte la science du 21è siècle.

C’est un voyage qui semble à portée de main dans tous les films : se déplacer dans l’univers, de planète en planète, à travers les galaxies. Seulement pour l’Homme, ce rêve du voyage interstellaire, s’il n’est théoriquement pas impossible au regard des lois physiques, reste largement inaccessible tant les contraintes techniques à surmonter sont immenses. Comment propulser un vaisseau assez longtemps et avec assez de puissance pour espérer atteindre dans un délai raisonnable ne serait-ce que l’étoile la plus proche de notre système solaire, Proxima du Centaure, située à 4 années-lumière de nous ? Aujourd’hui, avec nos moyens les plus avancés, un tel voyage prendrait plusieurs dizaine de milliers d’années !

Il faut donc trouver le moyen d’aller beaucoup plus vite grâce à de nouvelles énergies pour alimenter les moteurs de ces vaisseaux du futur : abandonner les procédés chimiques pour construire des réacteurs carburant à la fission nucléaire ou à l’antimatière  et accepter de voyager de longs mois ou années avec de telles bombes sous ses pieds !
Pour piloter un tel défi, rencontre avec Roland Lehoucq, astrophysicien au CEAE, le commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives

Vous êtes à nouveau en ligne