Ils ont fait l'actu. Que devient Gaspard Glanz, après sa garde à vue ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Ce journaliste indépendant avait été interpellé à Paris pendant la 23ème  manifestation des Gilets jaunes.

20 avril 2019. Au cours du 23ème samedi de manifestation des Gilets jaunes, Gaspard Glanz, 32 ans, est interpellé et placé en garde à vue place de la République à Paris. Sur une vidéo, le journaliste indépendant adresse un doigt d'honneur à des policiers et affirme avoir été visé par une grenade de désencerclement. "Oui j'ai fait un doigt d'honneur à un policier mais c'est parce que je me suis pris une grenade, j'ai encore le trou dans mon pantalon, si vous voulez voir".

Dans la foulée de la garde à vue de Gaspard Glanz, le juge interdit au journaliste de paraître à Paris tous les samedis mais finalement, la mesure est levée quelques jours plus tard.

Ils ne se rendent pas compte qu'on arrive à revenir sur le terrain après s'être pris des blessures qui nécessitent un à deux mois d'arrêt de travail, c'est pas une garde à vue de 48 heures ou un procès dans six mois qui vont nous arrêter.

Gaspard Glanz, journaliste indépendant

Soutien massif et cagnotte

Après son interpellation, le reporter a reçu un soutien massif et la cagnotte créée pour l'aider dépasse les 12.000 euros. Paradoxalement, cette garde à vue -même si elle a été éprouvante- a redonné du courage à Gaspard Glanz qui voit dans son arrestation une forme d'acharnement contre-productif. "Ils ne se rendent pas compte qu'on arrive à revenir sur le terrain après s'être pris des blessures qui nécessitent un à deux mois d'arrêt de travail, c'est pas une garde à vue de 48 heures ou un procès dans six mois qui vont nous arrêter. On a une certaine détermination à faire ce travail et ce sont pas les intimidations policières qui vont nous en dissuader" affirme Gaspard Glanz qui se dit encore plus déterminé aujourd'hui à poursuivre son travail.

Couvrir des sujets peu traités

Gaspard Glanz sera jugé en octobre prochain, pour "outrage sur personne dépositaire de l'autorité publique". En attendant, le reporter va continuer à couvrir les sujets qu'il estime peu ou pas traités par les autres médias. Il a prévu notamment de se rendre dans les Alpes, à la frontière franco-italienne, pour faire le récit de la traversée des migrants.

Vous êtes à nouveau en ligne