Ils ont fait l'actu. La vérité pour Aliénor, petite fille née sans bras

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

15 septembre 2018. C'est le début de l'affaire dite "des bébés sans bras". Dans trois départements, l'Ain, la Loire-Atlantique et le Morbihan, des enfants sont nés avec des malformations. 

L'affaire dite "des bébés sans bras" débute le 15 septembre 2018. Dans L'Ain, la Loire-Atlantique et le Morbihan, des enfants sont nés avec des malformations aux bras. Et si ces cas inquiètent, c'est parce qu'ils sont observés dans des périmètres très restreints. Rien qu'à Guidel, 11 000 habitants, en Bretagne, quatre enfants sont nés avec la même malformation entre 2011 et 2013. Aliénor est née sans avant-bras gauche.

Les scientifiques commencent leur enquête et s'intéressent au cas d'Aliénor, la fille de Tiphaine et Samuel Bernard. Quelques semaines plus tard, les autorités sanitaires admettent qu'il y a un excès de cas en Loire-Atlantique et dans le Morbihan. Officiellement, ces malformations qui concernent environ 150 bébés par an restent sans origines connues, mais pour certains observateurs, la piste des pesticides ne fait guère de doute.

Après la découverte de nouveaux cas, la ministre de la Santé Agnès Buzyn annonce une grande enquête nationale. Neuf mois plus tard, aucune cause commune aux malformations n'a encore été identifiée mais les parents d'Aliénor, Tiphaine et Samuel Bernard, sont bien décidés à poursuivre leur combat.

"On a sollicité les autorités par des mails, par des courriers. Disons qu'en matière de transparence, on a déjà vu mieux" , ironisent les parents qui ne sont pas pour autant prêts à baisser les bras.

C'est de la responsabilité de l'état d'assumer cette enquête. Pourquoi une telle inertie ? Il y a des choses qu'il vaut mieux taire, et mettre la poussière sous le tapis...J'en sais rien...

Thiphaine Bernard, la maman d'Aliénor

Mais Tiphaine et Samuel Bernard commencent à trouver le temps bien long et espèrent la vérité pour Aliénor, leur fille de six ans : "Un jour, il sera important qu'elle sache que pour elle, on a cherché à savoir", dit Samuel, le papa. 

À l'automne, de nouvelles investigations seront menées autour de Guidel, où vivent Tiphaine et Samuel Bernard. Il s'agit d'analyses de l'air, de l'eau et des sols et de contrôles des pesticides utilisés à l'époque des grossesses des mamans d'enfants qui souffrent de malformations.  

Vous êtes à nouveau en ligne