Ils ont fait l'actu. François de Rugy : "Peut-être qu'il faut un peu plus de paranoïa quand on fait de la politique"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Comme tous les étés, Sébastien Baer revient sur les événements marquants de l'année. Et ce sont ceux qui les ont vécus qui les racontent. Jeudi, l'ancien ministre de la Transition écologique et solidaire, Francois de Rugy et aujourd'hui simple député.

16 juillet 2019. Après la polémique sur ses dîners fastueux, composés de homard et arrosés de grands crus, François de Rugy démissionne du ministère de la Transition écologique et solidaire. Les faits – révélés par Mediapart – portent aussi sur des travaux dans son logement de fonction, alors que François de Rugy était président de l'Assemblée nationale. Quelques heures plus tard, dans la cour du ministère, l'ex-numéro 2 du gouvernement prononce son dernier discours aux côtés d'Elisabeth Borne, qui lui succède au cours d'un remaniement-express. "Je dirais simplement que si l'engagement politique apporte des satisfactions, il charrie aussi des difficultés, des douleurs". Face à la polémique, le gouvernement demande une enquête sur les dépenses engagées par François de Rugy. À l'exception de trois dîners, jugés excessifs, l'inspection menée par l'Assemblée nationale dédouane l'ancien ministre.

François de Rugy, qui dénonce un lynchage médiatique, a porté plainte pour diffamation contre Mediapart, à l'origine des révélations. Un an après sa démission, celui qui est redevenu simple député affirme avoir tiré les leçons de cet épisode. "Je me dis que j'ai fait des erreurs et que j'ai payé, au sens propre comme au sens figuré. Peut-être qu'il faut un peu plus de paranoïa quand on fait de la politique" s'interroge François de Rugy qui ajoute "une photo peut écraser la réalité. Quand on est à ce niveau de responsabilité, il faut être encore plus attentif aux détails des images". À un moment, l'ex-numéro 2 du gouvernement s'est interrogé sur son engagement en politique. "Est-ce que cela vaut le coup de continuer l'action politique? Le jeu en vaut-il la chandelle ?" François de Rugy continue à suivre les dossiers qu'il a initiés lors de ses 10 mois passés au ministère de la Transition écologique et solidaire, la fermeture des centrales à charbon et le dossier de l'isolation des logements, notamment. L'ancien ministre a remboursé les trois dîners épinglés dans l'enquête de l'Assemblée nationale.

Vous êtes à nouveau en ligne