Ils ont fait l'actu. Barbara Cassin, académicienne : "Être femme commence à aider plutôt qu'à gêner"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Comme tous les étés, Sébastien Baer revient sur les événements marquants de l'année. Et ce sont ceux qui les ont vécus qui les racontent. Mardi, rencontre avec Barbara Cassin, l'académicienne élue en octobre dernier.

17 octobre 2019. Elle est seulement la neuvième femme à entrer à l'Académie française depuis sa création en 1635. Élue au premier tour, Barbara Cassin, 72 ans, philosophe et directrice de recherche au CNRS, s'installe dans le fauteuil numéro 36. Et ce 17 octobre, dans son habit vert, l'un des symboles des Académiciens avec l'épée, la nouvelle Immortelle prononce son discours de réception. "Mesdames et Messieurs de l'Académie, je suis évidemment très émue, encore un peu étonnée et très heureuse...". Pour son épée d'Académicienne, Barbara Cassin s'est fait confectionner un sabre laser sur mesure; un sabre sur lequel s'affichent en lettres lumineuses les textes qui lui sont chers.

Dix mois après son entrée sous la Coupole, Barbara Cassin s'habitue peu à peu à l'univers feutré de l'Académie. "J'ai été très étonnée et très contente de rencontrer des gens que je n'aurais jamais rencontrés autrement et que je n'aurais probablement pas su apprécier parce que l'Académie française a l'air d'être une compagnie de vieillards intelligents, plutôt mâles occidentaux. Et ce n'est pas ça. En tout cas, ce n'est pas du tout seulement ça donc cela m'a fait vraiment plaisir", dit Barbara Cassin qui se réjouit – en tant que femme – de rejoindre l'Académie.

"Le fait que cette exception devienne de moins en moins exceptionnelle compte beaucoup. Être femme commence à aider plutôt qu'à gêner", note Barbara Cassin qui ne s'attend toutefois pas à ce que la parité soit bientôt de mise sous la Coupole. "L'Académie a été faite par des hommes pour des hommes, c'est pour ça qu'il y a des épées. Les femmes sont venues très tardivement dans ce monde. Donc une parité immédiate n'aurait pas grand sens. Ce qui a du sens, c'est qu'on ait des candidates femmes et qu'on les élise, ça, ça a du sens"

À la rentrée, Barbara Cassin et les 32 autres Académiciens procéderont à l'élection du remplaçant de Max Gallo, au fauteuil 24. Il reste désormais sept sièges à pourvoir sous la Coupole.    

Vous êtes à nouveau en ligne