Il était une fois en Amérique : 1928, Alfred E. Smith, candidat du Vatican

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Alors que l'élection présidentielle se profile aux États-Unis, retour pendant tout l'été sur des épisodes marquants de l'histoire politique américaine.

La douce voix d’Helen Kane nous plonge immédiatement dans l’entre deux-guerres et en particulier en 1928 quand se tient la Convention démocrate de Houston, où Franklin D. Roosevelt a présenté le candidat démocrate, Alfred E.Smith, le gouverneur de New York.

Le choix est très audacieux. D’abord parce qu’Al Smith s’oppose à la prohibition et promet de tout faire pour abroger le 18ème amendement de la Constitution s’il est élu. Ensuite, parce qu’il s’oppose au Ku Klux Klan, ce qui, à l’époque, pour un démocrate est un très grand risque politique dans le Sud des États-Unis, où les démocrates sont aussi les pires ségrégationnistes.

La religion au cœur de la campagne

Enfin, et peut-être plus encore, ce choix est audacieux parce qu’Al Smith est catholique. À peine lancée, sa campagne doit faire face à un front d’opposition protestant bien décidé à empêcher l’élection de ce "fils du pape de Rome". Un catholique ne peut diriger les États-Unis car il est impossible de servir à la fois le peuple américain et le Vatican.

Herbert Hoover suit le conseil d’Alfred H. Kirchhofer : "La religion n’a pas sa place dans cette campagne". Pourtant, elle fut au coeur d’une campagne très difficile pour Smith. Certains laissaient courir le bruit que les affaires du pape étaient déjà prêtes pour qu’il puisse s’installer à Washington ou qu’au contraire, une fois président, Al Smith prolongerait le nouveau Holland Tunnel de Manhattan sous l’Atlantique jusqu’au Vatican pour y prendre ses ordres !

Une défaite sans équivoque

"Si vous votez pour Al Smith, vous votez contre le Christ et vous serez damnés", entend-on dans un Temple d’Oklahoma City. Al Smith se défend pourtant bec et ongles. Il insiste fermement sur la séparation stricte de l’Église et de l’État. Sa candidature réactive les vieilles thèses conspirationnistes des nativistes. Opposé à la prohibition, candidat des grandes villes et de la machine politique démocrate et corrompue, le Tammany Hall, Al Smith devient le symbole de l’affaiblissement moral de la nation protestante.

Smith est balayé par Hoover qui profite de la prospérité économique. Reste que l’ampleur de la défaite du candidat démocrate s’explique en partie par le facteur religieux. Smith est ainsi le premier démocrate à perdre la Caroline du Nord, le Texas et la Virginie depuis l’élection de 1876. Il est également battu en Floride, une première pour un démocrate depuis 1880.

Vous êtes à nouveau en ligne