New-York: bientôt des congés scolaires pour les fêtes musulmanes?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

A New-York, les élèves de confession musulmane représente 13% des effectifs scolaires. Pour éviter les cas d'absentéisme, le nouveau Maire de New-York veut ajouter les fêtes musulmanes au calendrier des congés scolaires. Une initiative bien perçue mais difficile à mettre en oeuvre.

C'était une promesse de campagne du
nouveau Maire de New-York, Bill de Blasio : fermer les écoles publiques
durant les deux fêtes les plus importantes de la communauté musulmane. L'Aid El
Fitr, qui marque la fin du Ramadan et l'Aîd El Kebir qui commémore, le
sacrifice du fils d'Ibrahim. Il a le moyen de le faire. Même si le premier
amendement de la Constitution américaine garantie la neutralité religieuse à l'école, une
jurisprudence autorise à prendre des mesures exceptionnelles quand la pratique
de la religion pose des problèmes d'organisations.

Une mesure pragmatique

Cette question s'était posée, à New-York dans les années 50. Les deux fêtes juives de Yom Kippour et Roch Hachana
sont rapidement devenues jours fériés par souci d'économie. A l'époque, il
revenait trop cher aux pouvoirs publics de remplacer les enseignants de
confession juive durant ses fêtes. Si en outre-Atlantique, on s'interroge, en
France, nous avons le principe de laïcité qui prime. Mais la réalité est tout
autre selon Eric Vinson, spécialiste du fait religieux et enseignant à Science
Po