UMP : "la chienlit et "Trnopolje, un été oublié"

Présidence de l'UMP suite : le grand foutoir, la honte aux trousses, la chienlit : la presse n'a pas de mots assez durs pour s'amuser, ou s'inquiéter. Jusqu'à l'éditorial du Figaro qui stigmatise les "Branquignols de la droite".

"Tricheurs, menteurs, agressifs et mauvais joueurs"

Les responsables de l'UMP vus par le Figaro, le plus sévère ce matin avec la droite face aux rebondissements "pitoyables" du feuilleton de la présidence de l'UMP. Un éditorial au vitriol pour la droite signé Alexis Brézet, directeur des rédactions du Figaro, au ton révélateur de l'état de décomposition de la droite.

La presse qui s'amuse ou se désole du spectacle offert par l'UMP : "La honte aux trousses", "Le grand foutoir", "Trop forte la droite, la farce continue" et même "La chienlit".

Un espoir quand même dans ce champ de ruines : la Une du Figaro Magazine. Prémonitoire, qui sait, avec son gros titre : "la vie après la vie", des témoignages qui décrivent l'au-delà, la vie après la mort. Quel rapport avec l'UMP ? A la Une du Figaro Magazine, on voit une silhouette sombre en route vers le ciel au milieu d'un nuage lumineux. On ne distingue pas bien si c'est Copé ou Fillon, mais une chose est sûre, il va vers la lumière. Après le miracle de la multiplication des présidents, la résurrection, la vie après la mort, pour l'UMP, tous les espoirs sont permis.

"Trnopolje, un été oublié"

C'est le choix du matin : un webdocumentaire à regarder sur le site de
Courrier International.

Cet
été oublié, c'était il y a 20 ans. La guerre de Bosnie fait rage. A Trnopolje,
au nord-ouest du pays, l'école de la ville sert de camp de concentration.
25.000 personnes non-serbes vont y transiter. Les hommes de Radovan Karadzic et
Ratko Mladic y opèrent un nettoyage ethnique systématique. Cette ville et sa
région, multiethnique doivent devenir totalement serbe...  

En
3 ans, la guerre de Bosnie fera environ 100.000 victimes, dont 40% de civils. Depuis
l'école de Trnopolje est redevenue une véritable école, où se cotoient enfants
serbes et bosniaques. Mais il ne reste aucune trace du camp de concentration.
C'est ici que Taina Tervonen, Zabou Carrière et Jean-Baptiste Delpias ont
réalisé ce webdocumentaire à découvrir sur le site de Courrier International.
Une collection de reportages photos et vidéos avec celles et ceux qui ont été
victimes de la guerre ou témoins de l'existence de camp.

Vous pouvez aussi consulter la page Facebook de ce webdocumentaire.

N'hésitez pas non plus à découvrir "Fils de...", un autre projet de Taina Tervonen et Zabou Carrière, et sa page Facebook.

Vous êtes à nouveau en ligne