Trois défis français : banlieue, islam, école

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

MERCREDI 5 SEPTEMBRE 2011

=========================

7H21 : la France qui disparaît, la République qui s'efface, l'école publique qui se perd

La revue de presse avec Jean-Christophe Martin... d'abord cette information stupéfiante : la France a disparu...

C'est un universitaire qui veut alerter aussi bien les politiques que les parents d'élèves : le géographe Rémy Knafou signe une tribune dans le Monde pour faire partager ses inquiétudes. Il constate que dans les nouveaux programmes de géographie de première, la France en tant qu'entité nationale a disparu au profit d'un côté de l'Europe, de l'autre de ses territoires.

Pourtant dit-il c'est un enjeu majeur pour la formation des jeunes Français et de l'idée qu'ils se feront de la France et de la République, bref une question qui touche à l'identité nationale. Il considère que plus largement ce nouveau programme de géographie traduit une certaine désorientation collective sur un objectif fondamental : la formation des citoyens. Si l'école n'enseigne pas l'idée républicaine, qui le fera demande-t-il, en souhaitant que les politiques se saisissent enfin d'une question aussi fondamentale.

Et justement, cette idée républicaine, il en est aussi question avec une étude menée par le politologue Gilles Kepel...

C'est toujours dans le Monde et c'est comme un curieux écho à la France disparue de notre géographe inquiet. Là aussi il est question d'une République qui s'efface. 25 ans après son enquête sur les Banlieues et l'islam, Gilles Kepel est retourné à Clichy-sous-Bois et Montfermeil, épicentre de la crise des banlieues de 2005. Une étude inédite qui montre le poids de l'Islam dans la vie quotidienne.

Pour Luc Bronner dans le Monde, c'est un constat qui va déranger : dans les tours de ces banlieues, la République est un concept lointain... Ce qui fait société comme on dit, c'est l'islam d'abord, l'islam qui en lieu et place de la République fournit les repères collectifs, la morale individuelle et le lien social. La croyance religieuse plus structurante que la croyance républicaine.

Une enquête qui dresse un sombre tableau de la réalité quotidienne, avec là encore la question centrale de l'école, porteuse des plus grands espoirs et des plus grandes déceptions.

Et pourtant un tableau pas complètement noir...

Non, car Gilles Kepel évoque aussi l'émergence d'une nouvelle classe moyenne qui cherche à concilier identité musulmane et appartenance républicaine. Gilles Kepel confie qu'il est finalement plutôt optimiste pour l'avenir à condition que l'Etat relève les défis, spécialement celui de l'éducation.

Luc Bronner dans le Monde a trouvé un autre signe que le communautarisme peut trouver ses limites, il y a ce McDo à Clichy, là où toute la ville se mélange à l'heure du hamburger, des jeunes jusqu'aux policiers. Tous les efforts de ses concurrents pour installer en face un fast food halal ces dernières années ont échoué, le McDo reste le point de ralliement, un paradoxe, le symbole de l'Amérique certes, mais devenu aussi un lieu d'intégration quasi-républicaine.

Gilles Kepel qui évoquait dans les défis à relever celui de l'éducation, et justement quand on lit le Figaro ce matin il y a de quoi s'inquiéter...

Le Figaro qui publie les chiffres de fréquentation de l'enseignement catholique : c'est la plus forte hausse depuis 20 ans, 12 000 élèves de plus que l'an passé, et près de 40 000 demandes refusées faute de place.

Pour Yves Thréard dans le Figaro, c'est moins le signe du succès de l'école privée que la preuve de la faillite de l'école publique. Pour des raisons différentes, il exprime la même inquiétude que notre géographe inquiet de voir la France effacée des programmes scolaires, la même inquiétude que notre politologue inquiet des défis à relever dans les banlieues : l'école publique, creuset de l'intégration à la française, l'école publique est en perdition.

Un fiasco dont le Figaro attribue d'ailleurs la responsabilité à la gauche comme à la droite en estimant que depuis 40 ans aucun gouvernement n'a osé prendre le mammouth par les cornes...

=====================================================

9H17 : L’hyper revue de presse

Avec , Anne-Elisabeth Lemoine et Jean Leymarie

Invité de l'hyper revue de presse : Marc Feuillée, directeur général du groupe le Figaro, pour évoquer les nouveautés lancées depuis la rentrée autour du Figaro.


A la une de la presse : une odeur de poulets grillés, la mort d'une banque, et l'élan de solidarité les proches de "Babu", le héros du métro parisien, mort pour avoir porter secours à une femme agressée dans le métro.

Egalement dans la presse : les chiffres de fréquentation de l'école catholique, un record d'affluence, l'occasion d'un constat sévère pour l'école publique dans le Figaro...

=====================================================

10H12 : En direct avec le Progrès

Avec Pascal Jalabert, rédacteur en chef adjoint du Progrès. A la une : le grand coup de balai à la PJ lyonnaise après l'affaire Neyret, et Tony Parker qui enfile provisoirement le maillot de l'ASVEL.

Vous êtes à nouveau en ligne