"Semaine décisive" : l'heure du choix avant le premier tour de la présidentielle

Au sommaire : un exploit oublié, celui de la première femme à traverser la Manche en avion, et la dernière semaine de campagne avant le premier tour de la présidentielle.

 

Une actualité toujours très politique dans la presse...

Et avant le premier tour de la présidentielle dimanche, c'est donc le début d'une "semaine décisive", c'est le titre du Parisien et d'Aujourd'hui en France... Les journaux qui reviennent largement sur les deux meetings parisiens des deux favoris des sondages, Nicolas Sarkozy et François Hollande qui se partagent la Une d'Aujourd'hui en France sur fond de drapeaux tricolores dans la foule de leurs supporters...

Le Figaro a choisi de mettre en titre à la Une la petite phrase de Nicolas Sarkozy pendant son meeting : "N'ayez pas peur, ils ne gagneront pas", pour le Figaro il ne fallait pas se tromper de meeting hier, ceux qui pensent que le passé compte plus que l'avenir se devaient d'être à Vincennes, donc avec François Hollande, et ceux qui jugent qu'à trop regarder derrière soi, on s'égare, ceux-là était à la Concorde, donc avec Nicolas Sarkozy... Voilà pour le Figaro le choix qui attend les Français : affronter le monde tel qu'il est devenu ou revenir à un monde qui n'existe plus...

Beaucoup moins solennel le titre à la Une de Libération...

Libération qui parle non pas du "baroud d'honneur" de Nicolas Sarkozy, mais du "barouf d'honneur" du président sortant... Car pour Libération, le meeting de Sarkozy ne masque pas le désarroi de la majorité, et la Concorde c'était même selon Libération le "dernier mirage à droite".

Deux meetings concurrents, deux foules, pour Hubert Coudurier dans le Télégramme, "jamais dans l'histoire politique récente, l'affichache de deux France, celle du peuple de droite et celle du peuple de gauche, n'était apparu de façon aussi symbolique qu'hier"... Pour les Dernières Nouvelles d'Alsace, le temps d'un dimanche électoral, cétait le temps des démonstrations de force, du roulage de biscoteaux politiques, guerre des images et des symboles. Mais s'est-il vraiment passé quelque chose hier, non répond Pascal Coquis toujours dans les DNA, tout sur la forme peut-être, mais rien, rien sur le fond...

A une semaine du premier tour, "En marche vers les urnes", c'est le titre de l'Humanité qui rêve qu'un formidable "dégage !" s'exprime justement dans les urnes à l'adresse du président sortant... A une semaine du vote, pour la Croix c'est "le temps de la décision et l'heure du choix". Un choix qui n'est pas encore fait pour tout le monde, la Croix souligne une donnée qui pourrait peser lourd sur le premier tour et que les candidats ont forcément en tête dans cette dernière ligne droite : à une semaine du scrutin, 25 à 30 pour cent des Français se déclarent encore incertains de leur vote...

Egalement ce matin dans la presse l'histoire d'un exploit oublié...

L'exploit d'une femme, Harriet Quimby... Il y a tout juste 100 ans, elle devenait la première femme à traverser la Manche en avion. Le 16 avril 1912, à l'aube, elle décolle de la campagne anglaise près de Douvres. 59 minutes plus tard, elle atterrit sur une plage à une quarantaine de kilomètres de Calais. C'est une autre femme, Claire Duhar, qui retrace ce matin dans Nord littoral son épopée et sa vie d'aventurière : Harriet Quimby a d'abord été l'une des premières scénaristes du cinéma naissant, puis la première femme américaine brevetée pilote, la deuxième au monde après une Française...  

Elle a entendu parler de Louis Blériot, le premier homme à réussir la traversée de la Manche en avion en 1909, elle veut être la première femme. Elle vient à Paris, achète un avion à Blériot, le fait transporter en grand secret à Douvres. Elle devait tester l'avion avant de se lancer au-dessus de la Manche, elle décide de se passer du test... Elle va voler pour la première fois sur un Blériot, pour la première fois à la boussole, pour la première fois au-dessus de l'eau...

Ce matin du 16 avril 1912, malgré ses deux combinaisons de soie, une combinaison en satin et malgré la bouillote qui lui sert de chauffage de fortune, elle n'a pas chaud, et quand elle atterrit, l'eau de la bouillote s'est même transformée en glace... Elle a volé en plein brouillard, sans rien voir, ni la côte, ni la mer, juste sa boussole. Au-lieu de l'arrivée prévue à Calais, elle choisit donc pour atterrir un peu au hasard la plage d'Hardelot...

Qu'importe : Harriet Quimby tient son exploit. Mais ironie de l'histoire, un exploit oublié, occulté par un drame. Car c'est un tout autre événement qui va marquer l'époque et faire la Une des journaux : la veille de la première traversée de la Manche par une femme, le Titanic sombrait dans les eaux glacées de l'Atlantique.

Harriet Quimby allait disparaître trois mois plus tard, dans l'accident de son avion pendant un meeting aérien.

Tout le monde ne l'a pas oubliée : son exploit était commémoré hier par trois jeunes filles, trois passionnées d'aviation, qui à leur tour ont traversé la Manche. L'avion était plus moderne, pas besoin de bouillote, mais symboliquement le moment était presque aussi fort et c'est raconté ce matin dans les colonnes de la Voix du Nord et de Nord littoral.

L'invité de l'Hyper revue de presse :
Jérôme Sans, co-rédacteur en chef de l'Officiel Art, le nouveau magazine des éditions Jalou.

   

 

 

 

Vous êtes à nouveau en ligne